Mai 2020

Mai 2020 va bientôt tirer la révérence. Il est donc temps de faire un petit récapitulatif  de ce beau mois où de nombreuses floraisons explosent. Alors que dans vos jardins, les roses sont déjà bien présentes, « aux quatre mains », il n’en est rien. Cette année, le jardin a subi les assauts de St Mamert, St Pancrace et St Servais qui n’ont pas fait dans la dentelle. De nombreux arbres et arbustes ont souffert. Leurs nouveaux feuillages ont complètement grillé.

Les haies de hêtres ont triste mine.

Même sort pour les Hortensias. Là je suis un peu plus inquiète. Les nouvelles pousses avaient déjà subi une première fois l’offensive du gel en avril. Le feuillage était à nouveau au rendez-vous et là patatras nouveau coup de gel.

Le Lespédéza

Le Koelreutéria paniculata

Le Calycanthus. La floraison est perdue pour cette année.

Je vous passe la vue des hêtres pourpre, du Liriodendron, du hêtre tricolore, des Ginkgos etc etc….

Tout ce petit monde va devoir se refaire une santé.

Bien heureusement, le jardin ne se limite pas  à ces tristes photos. De belles floraisons égayent mes journées. Si vous voulez me suivre, je vous emmène. Les Viburnums tiennent la vedette.

Mariesii est une merveille.

Watanabee

Mary Milton. Légèrement rosé.

L’incontournable Viburnum Opulus.

Viburnum Plicatum rotondifolium

Viburnum plicatum Pink Beauty

Les rhododendrons ne sont pas en reste. Ils sont de plus en plus imposants au fil des années.

Le Cercis

Les belles Colombines qui ont la bougeotte. Elles s’installent où elles veulent.

Les pivoines débutent leur floraison.

Les marguerites. De belles sauvageonnes.

En vrac : Bleuets, Narcisses, Brunnéras, Aubriete, Alliums, Pigamon à feuilles d’Ancolie, Clématite Nelly Moser en compagnie d’Iana la petite chienne de notre fils.

Pour les semaines à venir……Les roses….A l’heure actuelle,  dans l’allée de rosiers, le vert domine. La patience est encore de mise pour quelques semaines.

Bonne semaine à tous. Prenez soin de vous.

 

 

 

Le grand nettoyage

 

Cette période de confinement nécessaire afin de combattre le covid 19, nous laisse beaucoup de temps libre.

De plus, le beau temps est de retour et avec lui, l’envie de sortir et de reprendre les travaux de jardinage.

Nous avons la chance de posséder un jardin qui nous permet de mettre le nez dehors sans croiser personne. Néanmoins, je pense beaucoup aux personnes qui n’ont pas le bonheur de posséder un petit coin de verdure et qui de ce fait se retrouvent confinées dans leur appartement.

J’ai repris le grand nettoyage des massifs. Par contre mon époux a décidé de « jouer » avec sa tronçonneuse. Il a entrepris de gros travaux d’abattage. Ce n’est jamais de gaieté de coeur que nous prenons la décision de couper un arbre déjà bien mature. Mais bon quand c’est nécessaire. Plus le choix.

Au jardin, nous avons quelques sapins plantés depuis une trentaine d’années. Certains sont attaqués par les scolytes. Le scolyte est un insecte ravageur qui perfore l’écorce. Les trous sont identifiables par une traînée de sciure. S’en suit un décollement de l’écorce ou une perte de fragments qui provoque à court terme la mort de l’arbre et la dégradation de son bois à moyen terme. Etant donné que les risques de contamination pour les arbres voisins sont importants, mon mari a décidé de couper les sujets malades.

Les attaques de scolytes sont un vrai fléau dans ma région. Il y a quelques dizaines d’années la coutume était de planter des sapins sur chaque parcelle de terrain libre. Le sapin étant un arbre qui pousse assez rapidement, les gens pensaient se constituer ainsi un capital pour leurs vieux jours. Maintenant, leurs plantations arrivent à maturité et auraient dû avoir une belle valeur marchande. Mais voilà, il n’en est rien. Les sécheresses successives les ont affaiblies. Et selon les experts, les scolytes s’attaquent aux arbres fragilisés. Des sapinières sont donc complètement dévastées et les propriétaires se voient obligés de faire des mises à blanc. Mises à blanc qui ne leur rapporte pratiquement rien financièrement puisque les bois sont abîmés et que les débouchés pour les évacuer sont saturés. Certains propriétaires ne reçoivent même pas un euro pour leur bois. Si leur terrain est trop mal situé ou qu’il ne jouxte pas d’autres parcelles plus grandes, les marchands ne sont plus intéressés et souvent acceptent de couper les sapins mais contre aucune rémunération. Juste pour débarrasser les propriétaires.

Nous n’avons pas de sapinières. Juste quelques sapins au jardin. Heureusement, nous sommes équipés pour effectuer les abattages et le broyage.

Donc une fois la décision prise, pas besoin d’attendre le bon vouloir d’un bûcheron ou d’un entrepreneur de jardin. Au boulot…

Quelques frênes étaient aussi mal en point.   La chalarose a sévi. Les arbres sont donc condamnés. La chalarose est un champignon microscopique très virulent. Il pénètre dans le frêne par les feuilles ou le collet de l’arbre. Il ne fait aucune distinction entre un jeune arbre ou un arbre de plusieurs années. Comme le frêne est un très bon bois de chauffage, tout n’est pas perdu…

Nous avons également un autre problème de taille. Le retour des castors dans notre région. Certains de nos arbres sont endommagés. Même si nous n’avons pas beaucoup de doutes sur la présence du castor, mon époux a tout de même décidé d’acheter une caméra afin d’en avoir la certitude.

 

Dès que les arbres sont coupés, pas de temps à perdre. Pas question de laisser le jardin en chantier. Le printemps est là et nous n’avons pas envie de profiter des floraisons au milieu d’un tel désordre.

Les plus beaux morceaux sont donc transformés en bûches pour le chauffage et les branches les plus fines broyées. De beaux tas de BRF à étendre dans les massifs dans les mois à venir.

Le bois est fendu et va être rangé pour séchage.

Il y a quelques mois, j’avais pris la décision de ne plus créer de massifs, de continuer les plantations mais de façon moins intensive.

Eh bien, je crois qu’il va m’être impossible de respecter cette résolution, de résister à la tentation :). Tous ces arbres en moins, me laissent un beau terrain de jeux. J’espère que le confinement ne s’éternisera pas trop et que les jardineries et les foires aux plantes vont à nouveaux ouvrir leurs portes.

Prenez bien soins de vous. Restez chez vous. N’oubliez pas vos proches. Internet ne sert pas seulement à surfer sur les blogs mais également à garder le contact avec ses proches…..

 

 

De retour

Pendant plusieurs mois, mon blog est resté en stand-by.  L’impression de me répéter, de ne plus avoir rien d’intéressant à vous raconter, le manque d’inspiration, le manque de retours, le tourbillon de la vie… ont fait que l’envie de publier m’avait quitté.

Mais sachez que je vous ai suivi sur vos blogs respectifs même si mes messages se sont faits très très très rares.

Pour débuter ce premier article de l’année 2020, je vous emmène découvrir les premières floraisons. Le printemps est à nos portes et l’envie de profiter du jardin me revient progressivement.

Dans ma région, l’hiver 2019-2020 aura été particulièrement doux mais très humide. Pratiquement pas de gel.

D’ailleurs, cette année, j’ai même laissé mes dahlias en pleine terre. Marre de les retirer chaque automne. J’avais envisagé de remodeler les massifs où ils se trouvent, convaincue qu’ils ne seraient plus là au printemps. Eh bien, je pense qu’ils devraient réapparaître d’ici quelques semaines. Sauf, si les rongeurs sont passés par-là…

Comme dans beaucoup de jardins, les hellébores font leur show. Je n’ai pas encore coupé le feuillage abîmé et vous les présente donc tel quel. Ce n’est pas encore aujourd’hui que j’effectuerai cette tâche. Il neige…..

Bon… assez bavardé….

Pour tenir compagnie aux hellébores, nous pouvons compter sur les perce-neige, les jonquilles, les crocus et les primevères.

Quelques arbustes à floraison précoce égayent également les journées grises du moment.

Mon Viburnum Bodnantense Dawn atteint enfin une belle taille et fleurit généreusement cette année.

Pour la légèreté, nous pouvons compter sur la floraison délicate de la Spirée Thunbergii Fujino Pink. Les boutons floraux sont tout d’abord roses puis s’épanouissent en fleurs blanches le long des rameaux.

Pour colorer le jardin, nous pouvons également compter sur le superbe feuillage des Epimédiums.

Je suis en plein questionnement à leur sujet. J’ai toujours coupé les feuilles chaque printemps. Mais apparemment, je suis dans l’erreur.  Je viens de lire dans une revue de jardinage, qu’il était déconseillé d’agir de cette façon. L’article conseille de couper une année sur deux. Une taille chaque année épuiserait les plantes…

Je terminerai donc mon article par ces questions….Que faire ? Laisser le feuillage ou rabattre ? Comment faites-vous ?

 

 

 

 

 

 

Pas de volonté….

Eh oui….Lorsque je me rends dans une pépinière ou une jardinerie  je n’ai plus aucune volonté.  Je suis comme un enfant dans un magasin de jouets. Ce n’est tout de même pas ma faute si ce genre d’endroit regorge de tentations :)  Vous l’aurez compris, une fois de plus, j’ai craqué. Mais bon, juste quelques pots :)

En fait, mon époux et moi avons décidé d’aménager un talus qui jusque là était resté dans son jus. J’y ai déjà effectué quelques plantations. Mais c’est loin d’être suffisant.

En attendant le retour des foires aux plantes, une petite visite dans une jardinerie s’imposait :)  Voici mon butin.

Je vous le détaille. Les images viennent du web.

Pour fleurir le printemps….trois Prunus

Le Prunus Kojo No Mai. J’en ai déjà un dans un autre massif. Il est tellement adorable  que j’ai décidé d’en planter un second.

Le prunus Tomentosa. Il est très rustique puisqu’il résiste jusqu’à -20°. Il se garnit au printemps de petites fleurs roses parfumées. On le repère de loin avec ses petits fruits rouges très décoratifs qui ressemblent à des cerises. Les fruits sont comestibles et ont la particularité de ne pas avoir de pétiole. Ils poussent directement sur le rameau.

Le Prunus Incisa Oshidori. Une variété primée en Angleterre pour sa facilité de culture et ses qualités ornementales. Il devrait garder une taille modeste. Ses fleurs sont doubles d’un rose tendre et attirent les butineurs. Elle sont suivies de petites baies noires non comestibles pour l’homme. A l’automne, le feuillage devient rouge orangé.

Le Syringa Protolaciniata Kabul. Il est aussi appelé lilas d’Afghanistan. Mon attention a été attirée par son feuillage très découpé. Ce qui le différencie des autres Syringas. Il est très rustique, son feuillage est caduc. Son port est compact et arrondi. Il ne devrait pas dépasser 3m.

L’Osmanthus Burkwoodii. Il se couvre à la fin du printemps de petites fleurs blanches très parfumées qui se développent en grappes et dont l’odeur est perceptible à plusieurs mètres. Sa croissance devrait être modérée (3m).

L’Acer Palmatum Beni-Maïko. Au printemps son feuillage est rouge vif puis vire au vert en été avec une pointe de rouge avant de devenir orange en automne.

Afin de fleurir l’été, j’ai choisi le Buddléja Davidii Masquerade.

Tout le monde connaît le Buddléja. Il est d’ailleurs souvent mal aimé et considéré comme invasif. Mais les hybrides ont perdu ce caractère . Qu’importe. Invasif ou pas, moi j’aime leur allure « sauvage », leur facilité de culture et aime admirer les myriades de papillons qui viennent butiner. Masquerade a un feuillage lumineux vert marginé de blanc et ses panicules de fleurs sont violet pourpre.

Le Buddléja White Profusion. Ses fleurs sont blanches à oeil jaune. Ses rameaux sont arqués ce qui lui donne un port légèrement retombant. Ses feuilles sont longues d’un beau vert argenté avec un duvet gris au revers.

L’hydrangéa paniculata Tickled Pink. Dans ma région les hydrangéas macrophyllas posent souvent problèmes. Ils fleurissent sur le bois de l’année précédente mais les gelées hypothèques souvent la floraison. Donc je me montre raisonnable de ce côté et ne les achète plus et me dirige vers les paniculatas qui eux fleurissent sur le bois de l’année.

Tickled Pink forme un petit arbuste au port compact. Ses panicules de fleurs blanches comportent 50% de fleurs stériles. Fanées, elles deviennent rose rouge.

Le dernier, l’Hydrangéa paniculata Butterfly. Ses fleurs sont légèrement parfumées et devraient attirer les papillons. Il devrait culminer à 1,5 – 2m. Ses branches ont une couleur sombre.

Je vous souhaite un bon 15 août et vous retrouve prochainement avec cette fois quelques photos du jardin.

 

 

 

 

 

 

 

Merci

Ce we, « Aux quatre mains » ouvraient ses portes aux visiteurs pour la septième fois.

Comme les années précédentes, mes fils et mes belles-filles ont été mis à contribution pour l’organisation de ces journées. Je tiens à les remercier pour leur investissement. Ils se sont relayés pour assurer l’accueil des visiteurs, se sont occupés des affiches…. Sans eux l’organisation de telles journées ne seraient pas possible. Merci à eux. Merci aussi à Bandy :) eh oui, lui aussi a accueilli chaleureusement les visiteurs.

Le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous.

Ces deux journées ont été riches de rencontres, de rires, d’échanges de trucs et astuces jardinesques….J’ai été très émue de ma rencontre avec une dame centenaire. Oui, vous avez bien lu. Une dame charmante. Elle avait encore bon pied, bon oeil. Savait tenir une conversation sans problème. Se déplaçait sans aucune aide. Elle était accompagnée par ses enfants qui m’ont expliqué qu’elle vivait encore seule, qu’elle entretenait encore sa maison et qu’elle avait un petit jardin qu’elle choyait. J’ai eu une longue discussion avec cette dame qui m’a vraiment mis du baume au coeur. Souvent les visiteurs nous disent mais comment ferez vous dans le futur pour entretenir votre jardin. Eh bien en voyant cette dame, je mes suis dit que j’avais encore de nombreuses années devant moi et j’ai bien l’intention de vieillir comme elle :)

La journée du dimanche a été animée par deux concerts joués par l’ensemble à Plectres de Nassogne. A ce sujet, je tiens également à remercier ma belle-soeur qui a coordonné avec son groupe l’organisation de ces concerts. Les morceaux choisis par les musiciens ont permis de diffuser une jolie ambiance qui a accompagné les visiteurs qui parcouraient le jardin. Certains ont même fait une pause dans leur balade et se sont installés au plus près des musiciens.

Un énorme merci à vous tous qui avez arpenté notre jardin et avez ainsi contribué au succès de ces journées. Merci également pour vos gentils et touchants messages laissés dans notre livre d’or et  arrivés ce matin dans notre boite mails. Ils nous ont tous énormément touchés. Votre présence et vos petits mots nous boostent. C’est pourquoi, nous vous donnons d’ors et déjà rendez-vous en 2020.

 

 

Portes ouvertes

La pression monte, le we des portes ouvertes approche à grands pas. La semaine qui vient de s’écouler nous a gratifiés d’une météo en demi teinte. Beaucoup de pluie, très peu de soleil et des températures pas au top pour un mois de juin, le vent s’est déchaîné, l’orage a grondé…. Mais il faut être optimiste dans la vie :)  Le temps ne pourrait que s’améliorer d’ici le we prochain :)

Malgré ce temps maussade, le jardin est en pleine forme. Les roses sont au rendez-vous, les vivaces en forme, la pelouse bien verte (normal avec toute cette eau), les feuillages colorés sont flamboyants…. Bref, le jardin est prêt à accueillir les visiteurs.

 

Il vous attend le samedi 22 juin 2019 de 13h à 18h et le dimanche 23 juin de 10h à 18h.

Adresse du jour : rue de la Vallée 14 à 6953 Masbourg (Nassogne)

Le prix d’entrée est fixé à 3€/personne. Gratuit pour les enfants en dessous de 12 ans. Les bénéfices iront à la fondation Charcot.

Un petit plus pour la journée du 23. L’Ensemble à Plectres de notre commune vous donne rendez-vous pour deux concerts champêtres qui auront lieu à 14h et à 15h.

Avec les mandolines accompagnées de guitares, d’un violoncelle et de grands mandoles, un sentiment de plénitude enchanteresse vous envahira. La fusion mandolines et jardin ne pourra que vous émerveiller.

De plus, cette année, la province du Luxembourg organise son deuxième rallye des jardins. Sept jardins ont été sélectionnés et seront donc visitables ce 23 juin.  « Aux quatre mains et les six autres jardins font tous partie de l’association « Jardins ouverts de Belgique ».

L’occasion unique pour les passionnés de nature et de jardins de visiter plusieurs jardins en une seule journée.

Voici donc la liste et l’adresse des six autres jardins qui pourront vous accueillir.

Les jardins du Florilège à 6600 Bastogne rue des Aubépines 18

Erlonfouet à 6800 Remagne Erlonfouet 8

Le Bouillon blanc à 6832 Sensenruth rue Saint-Lambert 65

Ferme d’Azy à 6824 Chassepierre Azy 36

Le jardin de Mr et Mme Laloux à 6940 Grandhan Petite Enneille 58

L’Enclos à 6800 Sberchamps Voie de Messe 16

ATTENTION….  J’attire votre attention sur le fait que ces six jardins seront ouverts UNIQUEMENT le 23 juin. Seul notre jardin sera ouvert le 22 et le 23 juin.

Bienvenue à tous.

 

 

Le jardin de Béné

Après avoir visité le petit paradis de Malorie, nous avons repris la route en direction du jardin de Béné. Juste quelques kilomètres. Les jardins sont assez proches.

J’étais assez impatiente de découvrir également ce jardin que je suis à travers le blog de Béné. Dans ce jardin, les rosiers sont les rois. Quelle splendeur. Ils sont tous plus beaux les uns que les autres. En excellente santé et très florifères. Je suis restée bouche bée face à autant de beautés.

J’ai pu échanger quelques mots avec Béné et ma première question a été  « Mais comment fais-tu pour avoir de tels rosiers ? ». Sa réponse fut  « J’ai la chance d’avoir une terre qui leur convient à merveille et depuis quelques années je mets du BRF ce qui les booste encore plus ».

Bon depuis deux ans, je mets également du BRF et j’espère que le résultat sera vite au rendez-vous.

Malheureusement, je n’ai pas su faire autant de photos que je l’aurais voulu. J’avais bien rechargé la batterie de mon Apn au maximum mais bien entendu, je n’ai jamais pensé à vérifier si j’avais encore assez de place sur ma carte. Ce qui devait arriver arriva. Après quelques clichés….carte pleine. J’enrage encore. J’ai bien viré quelques photos pour faire de la place puis j’ai abandonné en me disant que je n’allais pas passer tout mon temps à trier.

Béné a encore de beaux projets en vue :)

Ce jardin est adorable. Pour avoir plus de détail  sur les noms des rosiers par exemple, je vous invite à aller sur le blog de Béné  http://www.lejardindebene.com/. Son jardin y est bien détaillé et les photos de vraies merveilles.

Le jardin de Malorie

Samedi dernier, Malorie et Béné ouvraient leur jardin. Une superbe occasion de découvrir ces jardins et leurs jardinières.

Un repas vite fait à midi.  Vite en voiture. Vite parcourir les 100kms qui nous séparent de ces jolis jardins (pas trop vite tout de même….il y a des radars qui veillent :) )  J’avais vraiment envie d’avoir tout mon temps pour admirer ces merveilleuses réalisations.

Ma moitié et moi sommes arrivés à l’heure convenue avec Malorie.

Après avoir franchi la barrière, je découvre le jardin et je n’ai qu’un mot pour qualifier ton travail Malorie. Bravo.

Dans un petit espace, tu es parvenue à agencer un petit paradis. Tout y est….une cabane, un coin repos, l’eau, une jolie terrasse, de superbes vivaces, de beaux arbustes, de beaux éléments de décoration et bien sûr de beaux rosiers.

Bon le temps était un peu capricieux. Mais j’ai tout de même pu découvrir ce merveilleux endroit sans ouvrir le parapluie.

L’apn autour du cou, je mitraille le jardin de photos.

Dès l’entrée, le ton est donné. Une jolie boite aux lettres et une jolie barrière.

Ensuite, la découverte.

Des rosiers hyper généreux.

Un coin repos où je me serais bien posée quelques instants.

Une charmante cabane dont j’envie l’énorme hortensia planté sur le côté droit.

De l’eau. La présence de l’eau dans un jardin est un plus. L’eau attire une foule d’insectes et autres bêbêtes.

De beaux arbres et arbustes. Un cornouiller au feuillage lumineux qui se marie bien avec le cotinus au feuillage pourpre.

Des vivaces…des géraniums, des nigelles, des heuchères, des orlayas, des pavots…..

Une terrasse. Malorie et ses enfants y avait déposé des biscuits et du sirop de sureau.

De belles décos

Une idée ingénieuse pour s’isoler de la route…..La plantation de pommiers en espaliers.

Je vous l’avais bien dit….tout y est… avec en plus l’accueil chaleureux de la jardinière. Que vouloir de plus.

Encore bravo Malorie. J’ai été ravie de faire ta connaissance.

Le jardin fin mai

Le mois de mai va déjà tirer sa révérence. Mon dieu que le temps passe vite. Il est donc temps de rédiger un article avec les floraisons du moment.

Pour que les floraisons soient mises en valeur, quelques règles s’imposent. L’une d’entre-elles est d’avoir des chemins en bon état. Aux quatre mains, nous devons intervenir tous les 3 ou 4 ans. Les chemins sont mis à rude épreuve. Ils doivent endurer les passages du quad, du tracteur et du pic-up de notre fils qui vient régulièrement chercher son van parqué chez nous. Au fil du temps des ornières se forment.

Nous avons donc commandé 10 tonnes de fines grenailles. Nous préférons les toutes fines grenailles beaucoup plus facile à désherber. Un coup de râteau passé régulièrement et les petites plantules d’herbes indésirables sont arrachées.

Cette fois, c’est notre fils aîné qui est venu donner un coup de mains.

Si vous souhaitez voir les floraisons suivez-moi…. Bien entendu, il y a les incontournables ancolies.

Les rhododendrons….pas très florifères cette année. Certainement la faute aux températures caniculaires de l’été dernier qui ont freiné la formation des boutons floraux. Celui-ci est le seul à nous offrir une jolie floraison.

Les clématites. La première je pense à Nelly Mozer. Mais je ne suis plus certaine du nom. Si vous la reconnaissez….

La seconde est Miss Bateman.

Celle-ci je suis certaine est Nelly Mozer. Elle est plus pâle que la précédente. Pas facile à photographier. Elle s’est faufilée dans le Cotinus Pourpre. J’ai tenté plusieurs prises dans tous les sens mais à chaque fois à contre-jour.

Quelques floraisons en vrac…. Les Aulx, le Phlox Cloud of Perfume. La photo ne rend pas bien la couleur. Il est nettement plus bleu. Les Astrances, le magnolia Suzan toujours en fleurs, le Géranium Derrick Cook, les Heuchères, les gouttes de pluie sur le feuillage des Alchémilles, le Dicentra.

Je n’apprécie pas beaucoup l’odeur des Géraniums Macrorrhizum. Mais je dois bien avouer qu’ils me sont bien utiles pour couvrir les endroits ingrats et pas faciles à entretenir. Chez moi, c’est le cas des talus.

Le tout jeune Viburnum Mary Milton planté l’année dernière m’offre sa première floraison. Je suis fan de ses pompons rosés et de son feuillage mi pourpre mi vert.

Le premier rosier à entrer en scène est Thérèse Bugnet. Les premières roses ont éclos. Vu le nombre de boutons présents, une abondante floraison devrait être au rendez-vous dans les prochains jours.

Quelques vues d’ensemble.

Je ne saurais clôturer cet article sans rendre hommage à ma moitié. Comme vous le savez déjà, chez nous, nous avons chacun nos préférences. Ma moitié a un faible pour le potager et le verger. Quant à moi, je suis plutôt attirée par les fleurs.

Il est vrai que je ne vous montre pas souvent le potager. Donc cette fois, j’y vais…

Les fraisiers….Oui je sais il y en a beaucoup. Mais nous adorons. Avouez qu’une bonne glace avec des fraises, des confitures ou tout simplement un beau gros ravier de fraises comme dessert c’est délicieux. L’année dernière, nous avons du partager avec un blaireau qui venait se régaler toutes les nuits. Donc cette année, nous allons poser des filets. Bon nous serons généreux, nous laisserons une ligne ou deux sans filet.

Les salades et une partie des oignons.

Les pommes de terre

Les haricots à rame avec à droite, les petits pois et à gauche quelques choux rouges.

Petits pois.

Les carottes, les chicons et les salsifis viennent d’être semés. Les choux fleur patientent dans la serre et devraient bientôt rejoindre le potager. Les potirons et les courgettes ont été plantés sur le tas de compost. Je vous montre tout cela prochainement.

A bientôt.

Je vous souhaite une excellent long weekend.

Mon butin

Samedi dernier, je me suis rendue à la fête des plantes de Beervelde.

J’ai adoré flâner au milieu de toutes les merveilles présentées par les pépiniéristes. Les choix furent cornéliens. Bien entendu, je ne suis pas revenue les mains vides.

Voici mon butin.

Les photos viennent du net.

Géranium Maculatum Vickie

Hosta Sum and Substance

Hosta Brother Stephan

'Brother Stefan' Hostas From NH Hostas

Epimédium Grandiflorum Korin

Résultat de recherche d'images pour "epimedium grandiflorum korin"

 

Aconitum napellus album

Résultat de recherche d'images pour "aconitum napellus album"

Iris germanica Black Night

Résultat de recherche d'images pour "iris germanica black knight"

Iris Germanica Buur Julien

Résultat de recherche d'images pour "iris germanica buur julien"

Ranunculus aconitifolius Flore Pleno

Résultat de recherche d'images pour "ranunculus aconitifolius flore pleno"

Astilbe Chocolat Shogun

Résultat de recherche d'images pour "astilbe chocolate shogun"

Aster Pringlei Monte Casino

Image associée

Liriope muscari Ingewersen

Résultat de recherche d'images pour "liriope muscari ingwersen"

Actaéa Black Beauty

Résultat de recherche d'images pour "actea black beauty"

Heucherella Tapestry

Résultat de recherche d'images pour "heucherella tapestry"

Paonia Itoh St Barth. Je n’ai rien trouvé sur le net. Je vous le présente donc à partir de l’étiquette fournie avec la plante.

Le Chipalta tashkentensis  Summer Bells qui à terme deviendra un petit arbre qui formera des grappes de fleurs rose parme. Il est issu de l’hybridation entre un Catalpa bignonioides et un Chilopsis linearis.

Résultat de recherche d'images pour "chipalta summer bells"

Nandina Domestica Twilight. Je suis tombée en amour devant son feuillage rosé.

Résultat de recherche d'images pour "nandina domestica twilight"

Nandina Domestica Gulf Stream

Résultat de recherche d'images pour "nandina domestica gulf stream"

L’Acer Starfish. Son feuillage a attiré mon regard. Il est profondément découpé. Chaque lobe se referme sur lui-même. Ses feuilles ressemblent à des étoiles de mer d’où son nom.

Résultat de recherche d'images pour "acer palmatum starfish"

Le Philadelphus Belle Etoile est un arbuste buissonnant aux rameux arqués. Ses pétales sont blanc crème avec une tache pourpre au centre. Il est parfumé.

Seringat des jardins - Philadelphus Belle Etoile

Le Laburnocytisus Adamii est un hybride entre un Laburnum anagyroides et un Chamaecytisus purpureus. Il présente toutes les caractéristiques du Cytise commun. Ce qui fait son charme, c’est sa floraison bicolore.

Cytise bicolore

Wisteria Florida Honbeni

Glycine du Japon - Wisteria floribunda Honbeni (Rosea)

Wisteria Sinensis Alba

Résultat de recherche d'images pour "wisteria sinensis alba"

Bon voilà, il n’y a plus qu’à planter. Mais ce ne sera pas pour aujourd’hui. Il tombe des cordes….

Bon dimanche à vous qui passez par ici.