1er mai….

Avril 2017 restera dans nos mémoires en raison de son gel printanier désastreux et également pour son manque d’eau. Dans ma région le gel nocturne a sévi pendant plusieurs nuits avec des températures qui sont descendues jusqu’à -5°. Les conséquences…. beaucoup de jardiniers les connaissent car nous sommes nombreux à avoir nos floraisons printanières anéanties. Mais bon, il ne faut pas regarder en arrière mais au contraire, il faut regarder vers l’avenir et avancer. C’est ce que je décide de faire….Je vais au jardin et ferme les yeux sur ce qui est grillé et jette mon regard sur les floraisons du moment. Pour ce qui est des colorations au niveau des feuillages, elles débutent seulement. L’avance prise en mars grâce au températures clémentes est maintenant dissipée et je pense qu’il va falloir attendre que les thermomètres remontent pour voir tout ce petit monde éclater.

Chez moi, de nombreux arbres ou arbustes n’ont pas encore de feuilles. C’est le cas des Cotinus, des Ginkgo, de l’Erable négundo, du Gléditsia….

Les tulipes les plus hâtives sont déjà entrées en mode repos.

Celles que je vous présente sont plus tardives et n’ont pas souffert du gel. Dans mon jardin, leurs seuls ennemis sont les rongeurs. Une vraie plaie….Certains bulbes ont été épargnés par contre d’autres ont été décimés. Chaque année, c’est la même chanson. C’est pourquoi, je suis restée fâchée pendant plusieurs années avec ces bulbes. Mais la rage passée,  je me suis à nouveau lancée dans l’aventure avec des résultats qui finalement ne sont pas trop mauvais. Je vais donc persévérer et planter de nouveaux bulbes cet automne.

Je vous emmène ?

Tulipes Ronaldo

Tulipes Candy Prince

Tulipes Flaming Flag

Tulipes Flaming Purissima

Tulipes Shirley

Les Phlox subulata sont vraiment superbes cette année. Celui-ci a pris beaucoup d’ampleur au fil des ans. Il se faufile entre les branches du cornouiller. Après sa floraison, je vais en prélever des éclats qui vont rejoindre les nouveaux massifs.

Les dernières primevères

 

Tapis de violettes

La Vinca minor Illumination qui porte vraiment bien son nom ! J’en ai planté plusieurs éclats dans le sous-bois. Il semblerait que cette année, ils aient enfin décidé de s’étaler.

Le Kalmia polifolia

Le Viburnum Carlésii.

Les feuillages.

Les Physocarpus semblent être assez résistants au gelées printanières. Aucun n’a le feuillage grillé.

Le Physocarpus Diabolo au feuillage pourpre au printemps qui deviendra presque noir en été et rouge-orangé à l’automne.

Le Physocarpus Dart’s Gold son feuillage est jaune d’or jusqu’au début de l’été. Ensuite, il verdit.

Le Physocarpus Amber Jubilee qui est issu d’un croisement entre Diabolo et Dart’s Gold. Son feuillage est bronze au printemps. Il virera au pourpre à l’automne.

La Spirée Goldflame au feuillage orangé. Elle est adorable avec ce feuillage qui change de couleur au fil des saisons.

Le Philadelphus coronarius aureus

Dans la serre, grâce au plastique à bulles qui était étalé chaque soir, les semis ont bien supporté le coup de froid. Malgré le redoux, je vais tout de même attendre la mi-mai pour mettre mes quelques annuelles en pleine terre. Non non, tous les pots ne sont pas des semis de fleurs. Loin de là….La majorité de la serre est occupée par les semis de tomates, aubergines, melons, courgettes, potirons, pois, salades etc etc.

Je vous offre ces quelques clochettes. J’espère qu’elles vous porteront bonheur ainsi qu’à votre famille.

A bientôt.

 

 

 

 

 

C’est pareil chez moi….

Je sais….je suis pratiquement la dernière….oui la dernière à vous montrer les dégâts que la météo récalcitrante  a infligé cette semaine à nos petits paradis. J’ai déjà pu voir en consultant vos blogs que beaucoup de jardins sont dans le même état que le mien. Les températures sont descendues jusqu’à -5° avec bien entendu les conséquences qui vont avec….Les températures clémentes que nous avons connues ces dernières semaines avaient boosté le jardin qui avait pris un peu d’avance par rapport aux années précédentes. Bien mal lui en a pris.

Donc rien de bien original dans mon article. Presque un copié-collé de ce qui se passe chez nombre d’entre-vous. Je ne m’attarderai donc pas outre mesure :) Inutile de tout vous montrer. Je pense que quelques photos suffisent….

Les fleurs du Cognassier sont grillées.

Le Magnolia de Soulangeana qui était bien fleuri cette année….J’aurais encore pu profiter de sa superbe floraison pendant quelques jours. Eh bien non…

Les Hostas. Que dois-je faire ? Couper le feuillage ou laisser les choses en l’état. Depuis que je jardine, c’est la première fois que je suis confrontée à telle situation. Le gel printanier est chose courante dans ma région mais pas sur une végétation si avancée…Si vous avez déjà vécu telle situation qu’avez-vous fait ?

L’acer Palmatum

Les Cercidiphyllum.  Heureusement, toutes les feuilles ne sont pas gelées.

Les Rodgersias. Par chance, tous n’étaient pas encore sortis de terre…

Le Davidia Involucrata (arbre aux mouchoirs)

IMG_0049

Le Koelreuteria paniculata

Je vous dispense des photos des Hydrangéas, vivaces et autres. Etrangement, les rosiers ont l’air d’avoir plutôt bien supporté ce choc thermique. Allez comprendre…

Cette semaine a été plutôt démoralisante côté jardin. Mais la vie nous apporte tout de même beaucoup de petits plaisirs et ce sont eux qu’il faut retenir et qui nous font avancer.

Une naissance attendue depuis de long mois a eu lieu durant la nuit la plus froide. Comme quoi….Eh oui, notre jument a enfin pouliné avec presque un mois de retard sur la date prévue. Non non, nous ne nous sommes pas trompés de date. Insémination artificielle oblige….Selon le vétérinaire, il paraît que cela arrive chez les juments. Bon d’accord, mais la précédente naissance avait déjà eu lieu avec beaucoup de retard et le poulain n’avait pas survécu plus de deux jours. Après une telle expérience, même ses propos n’arrivaient pas à nous rassurer.

L’inquiétude nous rongeait donc depuis un moment. Mais cette fois, le bébé est en pleine forme et mon fils ravit car ce poulain c’était son rêve. C’est lui qui a tout pris en charge. Les frais de l’insémination, les trajets, les soins ….bref tout. Donc une belle récompense pour lui.

Voici Lancelot (quelques heures) et Quyrielle sa maman. Une maman hyper-protectrice. Dès lors, pas facile de prendre le nouveau-né en photo. Il a fallu ruser et être super rapide pour avoir quelques clichés avec Lancelot en premier plan. Quyrielle avait plutôt tendance à se positionner devant pour le protéger.

Lancelot a quelques jours maintenant et à l’heure actuelle, sa maman est complètement confiante et nous laisse l’approcher. Il a même déjà goûté au plaisir de gambader dans l’herbe bien verte et croyez-moi, il apprécie :)

Bon we à tous.

 

 

 

 

Craquages….

Une nouvelle jardinerie vient d’ouvrir ses portes à 18 kms de chez moi. Bien entendu. j’ai immédiatement été envahie par une irrésistible envie d’aller voir ce nouvel établissement.

Un endroit bien agréable où l’on peut se promener à l’abri des intempéries. Tout est neuf et attirant. On y trouve des plantes pour l’extérieur, pour l’intérieur, de la déco pour le jardin et la maison, des meubles de jardin…. Beaucoup d’entre-vous ont tout cela non loin de chez eux. Par contre c’est une grande première pour moi car dans ma région de tels endroits manquent cruellement. Evidemment, impossible de quitter les lieux sans succomber et bien sûr, j’ai craqué pour ceci…

Etes vous prêts à me suivre pour plus de détails ? Oui ? Alors, allons-y….

Les photos viennent du net….

Une pivoine arbustive Sai Xue Ta. Sa fleur est blanche et devrait mesurer 16 cms. La base des pétales est légèrement rosé.

Une autre arbustive, la pivoine Shi Cai Hui. Elle devrait m’offrir de belles fleurs doubles rosé en coupe. C’est une pivoine arbustive chinoise réputée pour être très vigoureuse.

Et la dernière. La pivoine arbustive Chu Wu qui est une des pivoines les plus sombres. Au moment de l’éclosion, le bouton est pourpre foncé et à maturité, la fleur devient presque noire avec un coeur d’étamines jaune.

Celle-ci est pour mon fils. C’est une herbacée. Il s’agit de la pivoine Gay Paree.

Les pivoines ont souvent la réputation d’être des plantes capricieuses. Mais il suffit de leur trouver l’endroit qui leur convient et elles prospèrent durant de longues années (parfois plus de 50 ans). Elles sont résistantes aussi bien au froid qu’à la chaleur. Elles supportent assez bien la sécheresse. Toutefois, il est préférable de leur éviter le soleil direct et au cas où la terre est trop humide il faut prévoir un bon drainage.

La pivoine arbustive a une croissance relativement lente. Il faut compter 7 à 8 ans avant qu’elle ne soit vraiment à son apogée. De manière générale, il est fortement conseillé aussi bien pour les herbacées que pour les arbustives de leur trouver directement le bon emplacement car elles n’aiment pas être déplacées. Les pivoines arbustives sont plus onéreuses que les herbacées. Cela vient du fait qu’il s’agit de sujets greffés.

Mon panier a également accueilli quelques vivaces.

Deux Aubriètes. L’Aubriète Hamburger Stadtpark

L’Aubriète Royal Red

L’Echinacea purpurea Powwow White

L’Anémone multifida Annabella White

Le Phlox White Eye Flame. La majorité des miens atteignent allègrement un bon mètre. Celui-ci ne devrait pas dépasser 40 cms. De plus, il a une bonne résistance au mildiou ce qui n’est pas négligeable.

Le Phytostégia virginiana Bouquet rose

Et pour remplacer le lierre qui grimpait sur les piliers de la terrasse et que nous avons arraché l’automne dernier, j’ai choisi une Clématite Montana Grandiflora. J’ai deux piliers à garnir. Une seconde viendra donc bientôt accompagner celle-ci.

Merci pour vos passages sur mon blog.

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de Pâques.

 

 

 

 

 

Sur fond de ciel bleu

Ce weekend fut vraiment idyllique. Un soleil radieux, des températures agréables. Que vouloir de plus….. Impossible pour moi de ne pas immortaliser ce beau ciel bleu. Sans trop de commentaires, voici donc quelques clichés souvenirs de ces deux belles journées.

La star du moment. Le Magnolia Soulangéana qui cette année a  été épargné par le gel.

Les feuilles des marronniers commencent à se réveiller et se déploient à leur aise.

L’Acer Palmatum

Les cerisiers du Japon se préparent. Encore quelques jours de patience avant de pouvoir admirer leur superbe floraison. Hélas si éphémère mais d’une telle beauté.

Le Cornouiller des Pagodes qui sert aussi de tuteur à une clématite Montana.

Le  Mahonia  et le Ribes sanguineum

Le beau feuillage du Cercidyphyllum Japonicum.

Les pruniers sont également porteurs de belles promesses si le gel ne sévit pas dans les prochains jours.

Les Lilas

Le Koeulreutéria paniculata Coral Sun avec ses jeunes feuilles d’un orange flamboyant.

IMG_9993 IMG_9994

 

 

 

 

 

Les Spirées et le Cognassier ne sont pas en reste.

Le printemps sied bien à la merlette. Toute la famille l’a admirée pendant de longues minutes. Alors que ma moitié s’afférait à cuire la viande sur le barbecue, notre merlette faisait les allers-retours pour venir chercher de la mousse entre les pierres. Nous l’avons suivi du regard et apparemment elle fait son nid dans la haie du côté des voisins.

J’espère que vous avez tous pu profiter de ce splendide weekend. La semaine qui s’annonce devrait être nettement plus fraîche. Dommage. Bonne semaine.

 

 

 

 

Début avril

Le mois de mars s’est terminé avec des températures très clémentes et un soleil radieux. Le premier jour d’avril, nous a ramené un temps plus gris avec de  la pluie. Ce qui a été bénéfique à toutes mes nouvelles plantations. Depuis hier,  le soleil est à nouveau au rendez-vous. Donc une grande partie de la journée de dimanche s’est  passée au jardin car à cette période de l’année, le travail ne manque pas. J’ai encore quelques plantes à diviser et du nettoyage à faire.

Malgré tout, je souhaite prendre le temps de partager avec vous, les floraisons du moment.

Les Hellébores continuent leur jolie floraison. J’apprécie beaucoup leur diversité et leur longue floraison. Un seul regret….Ils ont tous le regard diriger vers le sol. Dommage, ils sont si jolis.

Les Narcisses et leur couleur jaune si importante pour moi au printemps. Le seul moment de l’année où j’apprécie le jaune au jardin. De véritables rayons de soleil lors des journées plus grises.

Mes premières tulipes de l’année. Pendant plusieurs années, j’ai abandonné la plantation des bulbes de tulipes à cause des rongeurs qui s’en régalaient. J’en avais marre de passer mon temps pour nourrir ces bestioles. Puis l’envie me revient à l’automne 2015. Pour l’instant avec succès. Celles-ci ont été mises en terre en 2015, sont bien réapparues en 2016 et les voilà à nouveau au rendez-vous.

Les Muscaris de plus en plus nombreux au fil du temps. Sans doute que les campagnols ne les apprécient pas. Tant mieux. Les bleus semblent plus vigoureux que les blancs qui restent plus discrets.

Pas de printemps sans la floraison certes éphémère mais si jolie des Prunus. Ceux-ci sont tombés dans mon caddy en 2016, lors d’une balade avec mon fils aîné dans une grande surface.

Le Prunus Kojo-no-Mai. Je ne le connaissais absolument pas. Mais je suis tombée sous le charme de ses branches en zig-zag. Je l’ai trouvé original. De plus, il reste relativement bas. Parfait donc pour être mélangé aux vivaces.

Je sais pas très esthétique la bâche en arrière-plan. Mais c’est mon or brun….du fumier de cheval bien décomposé qui doit être incorporé aux massifs. C’est cela aussi le jardinage….Pour que le jardin soit beau, il faut parfois qu’il soit un peu en chantier. La récompense vient plus tard. Dans quelques jours, plus de bâche et plus de fumier. Je vous le promets :)

 

La Pulsatille. Une merveille. Une couleur que je ne sais définir….bleue, mauve, violet. Peu importe, elle me plait.

Cette année, la floraison des Magnolias est une réussite. Ce qui n’est pas le cas chaque année. Parfois, le gel anéantit tout espoir de voir fleurir ces merveilles. Le Magnolia Stellata blanc est présent depuis une bonne dizaine d’années et a atteint, je crois, sa taille maximale.

Par contre la version rose est un nouveau venu. Seulement six fleurs cette année. Mais quelle beauté.

Un incontournable super facile à cultiver….le Ribes sanguineum. Je n’aime pas trop son odeur. Mais après tout, je ne suis pas obligée de mettre le nez dessus. Par contre sa floraison j’adore.

Dans le sous-bois, les Anémones ont la vedette pour le moment. Quant aux jonquilles, elles sont déjà entrées en mode repos.

Toujours dans le sous-bois, les Hostas et les Rodgersias se frayent un chemin entre les Anémones.

Les Epimédiums, la terreur de la photographe. Je ne parviens pas à avoir des photos bien nettes de ces merveilles.

Pour terminer, mon petit bonheur du jour….Anodin pour beaucoup d’entre-vous qui en avez sans problème dans vos jardins. Mais une belle surprise pour moi….Je ne l’attendais plus. Vous l’avez reconnue, il s’agit de la fritilaire pintade. Je l’avais plantée en automne 2015. Au printemps 2016, rien. Je pensais que les rongeurs étaient passés par-là et avais même retiré le bâton qui me servait d’aide mémoire. Ce matin, mon regard tombe par hasard sur l’unique fleur qui a daigné apparaître. Qu’importe, elle me comble de bonheur surtout qu’à côté, de nombreuses autres tiges sortent de terre. Voilà qui présage des fleurs pour l’année prochaine. Hourra….et d’autres plantations cet automne.

Voici donc la vedette du jour ….

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

=

 

 

 

Nouvel arrivage !

En travaillant dans mes nouveaux massifs, je me suis aperçue que de nombreuses places étaient encore vacantes. Cette constatation a provoqué chez moi une envie de rosiers supplémentaires. J’ai donc rapidement passé commande chez Lottum pour une nouvelle livraison.

Je sais, il est grand temps de planter les rosiers à racines nues…. Ma commande est arrivée la semaine dernière et les rosiers ont immédiatement été installés.

Mais comme en cette période de l’année tout se bouscule, que tout est à faire, le temps m’a manqué et je n’ai pas eu l’occasion de vous présenter plus tôt mes nouveaux bébés.

Aujourd’hui, je remédie à cette négligence avec bien entendu des photos qui viennent du net. D’ores et déjà, je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour vous montrer mes propres photos…

Alba Maxima

Baronne Prévot

Blanche Moreau

Camaïeux

Cinderella

 

Comte de Chambord

Cornélia

Félicia

Fritz Nobis

Gentle Hermione

Héritage

Jasmina

Kamtschatka

Louise Bugnet

Perle d’Or

Pomponella

Poustinia

Prosperity

Queen’s Palace

William Lobb

William Shakespeare 2000

Yvonne Rabier

Voilà qui clôture les plantations de rosiers.

J’espère que vous profitez bien de ces belles journées printanières.

A bientôt.

 

 

Que du bonheur…

Jeudi,  j’ai reçu ma commande de vivaces de chez Jan Spruyt. Commande passée dimanche après-midi, payée mardi matin avec envoi par le net de la preuve de paiement (vive le net !), arrivée jeudi matin. Très rapide.

Ce n’est pas la première fois que je passe commande chez eux et n’ai jamais été déçue.

Voici mon colis. Il n’y a pas que moi qui suis impatiente de voir ce qui se passe à l’intérieur :).

Des plantes bien emballées, bien protégées…

Je fais un bref contrôle. Aucun souci. Toutes les plantes que j’ai commandées sont là et chaque pot montre bien des signes de vie. C’est parfait. Frais de port compris, chaque plante revient en moyenne à 3,2 €. Je trouve que c’est raisonnable.

Voici le détail de la livraison. Toutes ces petits trésors vont rejoindre les nouveaux massifs. C’est bien de rogner sur la pelouse mais après, il faut meubler :)  Mais c’est tellement agréable de pouvoir se faire plaisir et d’accueillir de nouveaux pensionnaires, de diversifier les floraisons, d’avoir de nouveaux projets…

Bien entendu, je ne sais pas encore vous les montrer en situation réelle chez moi, c’est pourquoi toutes les photos qui suivent viennent du net.

Les Aquilégias « Nora Barlow » et  « Black Barlow ». Je les ai vues à de nombreuses reprises sur les blogs et avais vraiment envie de les voir rejoindre mon jardin.

Les Astrances carniolica « Rubra » et major « Shaggy »

Le Phlox divaricata « Clouds of Perfume ». Je l’ai déjà eu il y a quelques années au jardin mais il a disparu. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être à cause d’une jardinière trop pressée de nettoyer ses parterres au printemps et qui l’aurait arraché par mégarde :) Donc nouvelle tentative.

Les Salvia nemerosa « Alba » et « Pink Friesland ». Là c’est une première pour moi car jusqu’à présent pas de sauge chez moi. J’ai toujours douté de leur rusticité. Renseignements pris, celles-ci sont rustiques au moins jusqu’à – 15°.

L’Iris pseudocarus « Crème de la crème »

Pour compéter ma petite « collection » d’Hellébores, j’ai choisi l’hellébore « Double Ellen Purple ».

Le Géranium macrorrhirum « Snowwhite ». J’ai déjà ce géranium en version rose. C’est une plante hyper facile à vivre. Un excellent couvre-sol. Aucune herbe indésirable n’arrive à se frayer un chemin à travers ses racines.

Le géranium nodosum « Swiss Purple »

Pour un peu de légèreté, le Calamagostris arundinacea

Pour le fond des massifs, il me faut de la hauteur, de la verticalité. Mon choix s’est porté sur le Veronicastrum virginicum « Pink Glow »

Pour illuminer  les coins d’ombre, j’ai choisi l’Hosta « Paul’s Glory »

J’adore les Epimédiums pour leur floraison toute en légèreté et leur feuillage qui prend de belles teintes en hiver. C’est donc tout naturellement que j’en introduis régulièrement au pied de mes arbres. Cette fois, c’est au tour de l’Epimédium youngianum « Niveum »  de rejoindre les « Quatre mains »

Athyrium filix-femina « Lady in Red »

Au fil du temps, je me suis rendue compte que j’avais surtout privilégié les floraisons de juin mais nettement moins celles d’automne. Le jardin manque cruellement de couleur à cette période alors que le choix est immense. Petit à petit, je vais donc remédier à ce problème. J’avais bien quelques asters mais sans plus. Donc, c’est tout naturellement que j’en ai ajoutés à ma liste d’envies.

Le premier de la liste est l’Aster lateriflorus « Chloé »

Ensuite, l’Aster « Little Carlow »

Et le troisième est……l’Aster « Vastérival »

J’ai également choisi les Kaliméris mongolica « Antonia » et «  »Mon jardin »

Cet automne, Camille m’a gentiment fait parvenir une bouture de son chrysanthème « Empereur de Chine ». Bouture que j’ai soigneusement mise en pot afin de pouvoir la bichonner en hiver. Ellel est d’ailleurs en pleine forme et va bientôt profiter d’une plantation en pleine terre. J’ai toujours associé les Chrysanthèmes aux cimetières et je les croyais tous gélifs. Mais en consultant vos blogs, j’ai appris que certains étaient bien rustiques. J’ai donc décidé d’en tenter un autre et ai jeté mon dévolu sur « Corinna ».

La dernière élue…..La Monarde bradburiana

Voilà…Il n’y a plus qu’à….planter. Aujourd’hui, la pluie a cessé de nous arroser et les températures sont en hausse. Il n’en fallait pas plus pour pousser la jardinière à l’extérieur. Un vrai plaisir après tous ces mois de temps froid et gris. J’espère que vous avez pu profiter de cette belle journée.

Merci à tous pour vos visites qu’elles soient avec ou sans commentaire. A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est qu’un début…

Aujourd’hui, la journée commence sous le soleil mais avec un vent violent. Un peu de luminosité et je me surprends à vouloir enfin mettre le nez dehors. Vite profitons-en car la météo annonce déjà des averses pour les heures à venir.

Cela fait plusieurs semaines que je suis en mode hibernation. Le froid et la grisaille ne m’attirent vraiment pas.

Une fois à l’extérieur, je découvre un jardin qui s’éveille lentement mais sûrement. Les perce-neige sont fidèles au poste et de plus en plus nombreuses au fil des années. Je vais d’ailleurs devoir en diviser certains.

Les jonquilles sont encore en boutons. Dans quelques jours, le sous-bois devrait s’illuminer de jaune.

Merci maman…pour cette déco qui me permet de profiter avec quelques jours d’avance par rapport au jardin de la floraison des narcisses. J’ai déposé ton cadeau sur le seuil de ma porte. De cette manière, chaque personne qui me rend visite profite de tes quelques fleurettes. Une fois défleuris, tes narcisses quitteront leur étroit contenant pour prendre la direction du jardin où ils pousseront j’en suis certaine un gros ouf de soulagement..

Voici les stars qui vont illuminer le jardin durant plusieurs semaines…..Je veux parler des hellébores bien entendu. Tous ne sont pas encore à leur apogée.Cela ne saurait tarder. Patience, patience…

IMG_9760

Une belle surprise….J’avais acheté cette primevère au printemps dernier. Son liseré rose m’avait littéralement fait craquer. Je n’étais pas du tout certaine qu’elle réapparaisse à l’identique. Je m’attendais à ce qu’elle pousse plutôt comme une sauvageonne. Eh bien non. Là voilà à l’identique avec cerise sur le gâteau, des bébés.

Les Pulmonaires pointent le bout de leur nez. J’espère que les baveux leur laisseront le loisir de s’épanouir. J’ai hâte de les voir en fleurs.

Cet automne, j’ai planté deux Nandina dans les nouveaux massifs. L’un d’entre-eux à perdu ses feuilles. Je pense que c’est mauvais signe….Le deuxième est en pleine forme. Certes, il est encore juvénile mais son feuillage est superbe.

Preuve que le printemps est vraiment à nos portes, mes ancolies se frayent un passage au milieu des feuilles de chênes qui leur ont servi de couverture durant toute la mauvaise saison.

Cette année, les noisetiers se surpassent. Un vrai nuage de chatons qui libèrent au vent leur abondant pollen jaune.

Le Viburnum Bodnantense Dawn a également été introduit cet automne dans les nouveaux massifs. Je suis ravie de voir ses premières fleurs. Bon j’avoue, ce n’est pas encore l’opulence. Mais laissons-lui le temps. Au printemps 2018, il devrait faire mieux.

La Spirée Van Houttei prépare son adorable floraison d’un blanc immaculé. Je l’apprécie beaucoup et de ce fait, j’en ai plusieurs exemplaires. Elle est très facile à vivre. Une taille immédiatement après sa floraison et la voilà contente. De plus, je ne lui connais aucun ravageur ni aucune maladie.

Les taupes sortent également de leur torpeur et commencent à creuser leurs galeries. Grrr. Elles sont bien mignonnes ces petites bêtes mais envahissantes.

En général, lorsque ma moitié sort la tondeuse, elles disparaissent presque totalement. Il semblerait qu’elles n’apprécient guère les bruits et les vibrations sur le sol. En attendant, il va falloir étendre tous ces monticules de terre.

On dirait bien que la pelouse ne leur suffit pas. Elles ont choisi mes nouveaux massifs pour étendre leur terrain de jeux. Sachez chères petites bêtes que je ne suis pas d’accord…:)

Je n’ai pas encore commencé les grandes manoeuvres de nettoyage des massifs. Seuls les graminées, les épimédiums et les hellébores ont été toilettés. Il faut un peu plus de chaleur pour me sortir de ma torpeur hivernale :)

Les rosiers et les hydrangéas commencent à débourrer mais je n’interviens pas avant au plus tôt la mi-mars. Dans ma région, des gelées peuvent encore sévir et anéantir les nouvelles pousses.

Pour ce qui est des vivaces, afin d’éviter de les piétiner ou de les arracher par inadvertance, je préfère attendre qu’elles soient bien visibles avant d’intervenir.

Donc, rien ne presse. Même si l’envie de redonner un nouveau look aux massifs me démange.

Merci à tous pour vos passages sur mon blog.

A bientôt.

 

 

 

 

Il fait glacial…

La preuve…..

Cette fois, pas de doute l’hiver est bien là. Le bonhomme hiver a bel et bien fait son apparition. Cela faisait quelques années que nous n’avions pas vu autant de neige. Les paysages sont féeriques. Le jardin est bien endormi. Il se repose bien à l’abri sous son manteau blanc. Cette neige est du pain béni pour les plantes. Depuis plusieurs jours, les températures sont négatives. De nuit, elles oscillent entre -10 et -14° et la journée, elles restent négatives. Mais ouf, la couverture est là pour protéger tout le monde. Toutefois, j’ai tout de même une crainte pour mes carpes. Malgré tous nos efforts, les bassins sont emprisonnés sous une bonne couche de glace et j’ai peur que le dégel ne nous apporte de mauvaises surprises.

Ceux qui me suivent savent que je ne suis pas fan de l’hiver mais là, j’avoue que je suis en admiration devant autant de beautés.

Beautés que je partage volontiers avec vous.

Voici le jardin vu de la terrasse.

Sur la photo de gauche, le plan d’eau passe presque inaperçu. Seule la partie où nous avons placé l’aérateur n’est pas prise par la glace et nous rappelle que sous cette couche blanche l’eau est bien présente.

Sur la droite, le long de la terrasse les arbres plantés pour préserver notre intimité. Il est vrai que nos voisins ne sont pas vraiment près de notre maison et qu’ils sont charmants mais les terrains étant en pente et leur terrasse également en hauteur, ils avaient une vue plongeante sur notre terrain. Donc pour que chacun se sente chez soi, nous avons planté.

Sur la gauche, le chemin qui nous emmène sous la terrasse.

Le devant de la maison avec des photos prises de la fenêtre de ma chambre.

Toujours face à la maison, le chemin qui nous conduit aux boxes.

A nouveau une vue de la chambre avec la route qui passe devant la maison.

Suivez-moi, je vous emmène voir nos équidés.

Ca y est nous sommes arrivés. Les pensionnaires sont à l’abri et attendent patiemment leur picotin.

Du côté du rucher. Tout le monde dort…

Bandy est aux anges. Il adore se promener dans la neige.

Mais après l’effort, le réconfort. Se réchauffer à côté du feu qui crépite….un moment que nous apprécions tous.

Croquette, tu as pris ma place…Tant pis, je m’installe à côté de toi….Si cela ne te plait pas, tu n’as qu’à partir…..Eh bien non, je ne partirai pas…Moi aussi j’ai le droit de profiter du canapé et de la chaleur du poêle à bois….

Bises gelées à vous tous.

Photos de saison

Tout comme la jardinière, le jardin est rentré en mode repos. Le froid est bien là. Les températures font le grand plongeon. Certes les gelées nocturnes nous offrent de jolis paysages.Toutefois, ce n’est pas du tout la période que je préfère. Le jardin me semble tellement triste. J’ai l’impression que tout est mort.

Je sais…la vie est bien là. Elle s’est tout simplement assoupie pour quelques mois. Quelques mois qui me semblent durer une éternité.

Lorsque je travaille, je quitte la maison à 5h30. Impossible donc de prendre quelques photos du jardin sous son léger manteau blanc. Etant en congé cette semaine, j’en profite donc pour partager avec vous quelques clichés.

Je ne fais pas beaucoup de nettoyage avant l’hiver. Le stricte minimum. Tout sera fait au printemps et comme d’habitude, je me sentirai débordée :) .

L’allée de rosiers.

img_9480

A son extrémité, l’étang. Il semble bien vide. Les poissons ont élu domicile au fond et essayent d’échapper au bec du héron. J’espère qu’il ne va pas me vider l’étang comme cela est déjà arrivé précédemment.  Les nénuphars et autres plantes aquatiques ont disparu. Plus rien ne bouge.

Maintenant que les feuilles des rosiers sont pratiquement toutes tombées, on peut enfin apercevoir la structure.

 

Les nouveaux massifs attendent patiemment le retour des beaux jours pour s’éclater. Des vivaces doivent encore prendre place mais je préfère passer mes commandes au printemps. Je crains trop que l’hiver soit rude et que mes achats ne supportent pas un régime de températures trop basses.

Dans le sous-bois, les Hostas, les Anémones, les Jonquilles, les Rodgersias et bien d’autres se reposent sous un épais manteau de feuilles.

img_9494

Les Hellébores sont figés.

Leurs fleurs piquent du nez.

Quelques rosiers apportent encore un peu de couleur. Mais aucune chance de voir les boutons s’épanouir…

Les graminées ont changé de teinte. Elles apportent un peu de verticalité et sont superbes couvertes de givre.

Le Géranium macrorrhizum assure une belle présence durant tout l’hiver avec son beau feuillage coloré. Cette plante est un excellent couvre-sol. Elle pousse partout même sous les arbres. J’apprécie beaucoup son feuillage en automne mais moins l’odeur qu’il dégage en été…

L’Euonymus alatus ne passe pas inaperçu en automne lorsque son feuillage change de couleur. Même sans feuilles, il a un intérêt grâce à ses ailettes en liège qui courent le long de ses rameaux. Ce qui lui vaut d’ailleurs le nom de « Fusain ailé ».

Le feuillage dentelé de l’Heuchère Chocolate Ruffles est sublime en toutes saisons.

Mes Heuchères Lime Rickey ont grillé cet été. Mais ils se sont refaits une santé à l’arrière-saison. Ces Heuchères d’un vert acidulé sont très lumineux. Ils conviennent parfaitement pour les zones d’ombre. Les miens vont d’ailleurs devoir déménager ce printemps car je les ai plantés trop au soleil….

Les jolis bijoux du Callicarpa bodinieri. Cet arbuste est très discret pendant l’été mais c’est un véritable ravissement en hiver.

Le givre recouvre délicatement les Juniperus.

Les Sédums n’échappent pas à la couverture blanche.

Avec ce coup de froid, les Hydrangéas ont pratiquement tous perdu leur feuillage et les quelques feuilles encore présentes sont rabougries.

Les Epimédiums sont indétrônables. Aucune mauvaise herbe n’arrive à se frayer un chemin entre ces plantes. Ce sont également de très bons couvre-sol d’ombre ou de mi-ombre. Ils habillent très bien le pied des arbres et n’ont que faire de la concurrence des racines. Leur feuillage évolue au fil des saisons et leur fleurettes tout en légèreté sont adorables. J’en ai planté plusieurs dans le sous-bois et compte bien élargir ma collection lors des prochaines foires aux plantes.

Je termine ma balade hivernale avec cette clématite qui joue les téméraires et apporte encore une belle teinte estivale.

Belle fin de semaine à tous. Profitez bien de ce repos hivernal.

A bientôt.