Entre deux averses…

Cette fois, l’automne est bien là. Les températures sont en chute libre, la pluie n’arrête pas de nous arroser, le vent souffle en rafales faisant tomber précocement les feuilles. Bref, si nous n’avons pas quelques jours de temps plus clément dans les semaines à venir, la mauvaise saison va encore me sembler bien longue.

Pour l’instant, le jardin se débrouille seul. J’interviens très peu. Mais dans quelques temps, les travaux d’automne vont débuter. Nous avons décidé de jouer à la chaise musicale. Plusieurs hydrangéas vont être déplacés. Plantés dans le sous-bois, à mon avis trop à l’ombre, ils ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes. Ils vont donc déménager.

Je profite d’une petite éclaircie pour jouer au paparazzi. Les floraisons même si elles sont mises à mal par toute cette eau qui leur tombe dessus, sont encore au rendez-vous. Voici donc le fruit de ma balade express.

Les Buddléias attirent toujours autant les butineurs.

Le rosier Eglantine fait une superbe remontée et ce n’est pas fini, de nombreux boutons sont prêts..

L’Hydrangéa Hayes Starbust vire enfin au blanc. Je commençais à ne plus y croire. Il est resté vert très longtemps.

Avec les températures plus fraîches, les inflorescences de l’hydrangéa Angel’s Blush rosissent.

Dans les nouveaux massifs, le Céanothus Gloire de Versailles en compagnie du rosier Charles de Mills.

Quelle différence avec le mois de juin. Je suis vraiment étonnée de voir avec quelle vigueur les plantes se développent grâce à toute cette pluie. Certes, en juin les rosiers ont fleuri. Mais n’étaient pas bien hauts. Là, ils atteignent pratiquement tous au minimum le mètre.

Charles de Mills fait partie des 45 nouveaux rosiers qui ont pris place au jardin au cours de l’automne 2016 et du printemps 2017.

Le Céanothus a également comme compagnon, le rosier Jacques Cartier.

Ici en compagnie de l’Anémone Honorine Jobert

Léonard de Vinci n’est pas très loin non plus.

Dans le même massif, Aspirine Rose est superbe

Les rosiers Bonica….Super florifères. Ils sont en fleurs de juin aux gelées sans discontinuer. Ceux-ci sont plantés au pied des rosiers New Dawn qui partent à l’assaut de la tonnelle en fer forgé. Les rosiers New Dawn me déçoivent quelque peu. Les deux ou trois premières années, ils ont été superbes. Mais ces derniers temps, ils sont loin de me donner satisfaction. Ils sont régulièrement atteints de marsonia et nettement moins florifères. Ils n’atteignent même plus le sommet de la gloriette. Pourtant, ils sont bien nourris chaque année mais malgré tout, ils semblent jouer les capricieux.

Rosier Bonica

Les Althéas sont  également précieux pour colorer l’arrière saison. J’en ai plusieurs exemplaires au jardin. Parmi eux, Admiral Demey aux jolies fleurs doubles.

L’hibiscus purpureus variegatus. C’est son feuillage panaché qui fait son attrait car les fleurs avortent souvent avant leur plein épanouissement.

Ceux-ci, je ne me souviens plus de leur nom.

Celui-ci est un nouveau venu planté ce printemps dans les nouveaux massifs.

Les Astrances. Je les ai taillées après leur première floraison et les voici de retour.

Des Cosmos atteints de gigantisme.

Aconit bicolore. Voilà ce qui était noté sur l’étiquette lorsque je l’ai acheté. Je dois donc me contenter de ces informations. Aucune importance. Il me plait.

Les Cléomes s’essoufflent peu à peu. Comment leur en vouloir. Ils sont en fleurs depuis des semaines. Je trouve leur semis assez difficile à réussir. Ne voyant rien sortir de mes pots, lasse d’attendre, j’avais vider les pots dans la serre. Surprise…Après plusieurs semaines, j’ai vu apparaître trois petites plantules que j’ai laissé se développer sans finalement trop savoir de quoi il s’agissait. Au fur et à mesure, de leur développement au milieu des tomates, je me suis rendue compte que j’avais trois plantules de cléomes.

Le Lespedeza Thunbergii. Une plante adorable qui fait partie de la famille des Fabacées. Comme les hivers sont relativement froids dans ma région, les branches meurent chaque année mais de nouvelles repercent chaque année de la souche. En une saison, les tiges arquées atteignent allègrement 1,5m. Il est existe une variété de couleur blanche. Je vais essayer de la dénicher lors de la foire aux plantes de Lasnes.

L’Euonymus Alatus au feuillage automnal sublime. Son nom usuel est fusain ailé. Il doit son nom aux ailettes en liège qui courent le long de ses rameaux.

Les Anémones du Japon et des Asters inconnus prennent leurs aises. Ils en deviennent même envahissants.

Je vous donne rendez-vous assez rapidement pour la floraison des Asters. Je trouvais mon jardin trop peu fleuri en automne, j’ai donc décidé d’introduire des Asters, des Kaliméris et des Chrysanthèmes pour pallier à ce manque. Certains sont encore des bébés mais d’autres ont pris de belles ampleurs.

A bientôt.

 

 

 

 

Méli-mélo d’août

Suite aux grosses chaleurs et à la sécheresse, le jardin est resté pendant un certain temps en mode repos. Mais les températures plus clémentes et la pluie qui est revenue en force ont littéralement changé le décor. Les plantes ont pris de la hauteur et se sont bien épanouies. Le mois d’août est donc bien fleuri.  Je profite d’une journée sans pluie, d’un beau ciel bleu pour faire le tour du jardin, prendre quelques clichés et vous présenter en vrac, les floraisons de ce mois d’août.

Le Koelreutéria paniculata m’offre une belle floraison cette année.  Sous un beau ciel bleu, j’adore…

Comme je vous le disais en début d’article, les massifs sont encore opulents. Les cosmos et les lavatères annuelles sont atteints de gigantisme. Certains pieds frôlent le mètre 80..

C’est la première année que je plante des Eryngiums et le résultat m’enchante. Ils tiennent compagnie aux Phlox blancs. J’apprécie beaucoup leurs petites boules bleues.

Les Buddléias. Ils sont considérés par beaucoup comme banaux et invasifs. Mais ils parfument tellement le jardin et sont tellement appréciés des butineurs qu’ils sont les bienvenus « Aux quatre mains ». Toutefois, je les ai à l’oeil et supprime le plus rapidement possible les fleurs fanées et élimine immédiatement tous les semis qui s’installent malgré tout aux endroits qui ne me conviennent pas.

Les Anémones, les reines de l’arrière-saison sont déjà là.

Cette année, les dahlias plantés ce printemps au milieu des graminées qui leur servent de tuteurs sont eux aussi d’une hauteur incroyable.

Dans mon jardin, le jaune a droit de cité au printemps et en fin d’été.  Les Hypericums et les Echinacéas ne sont donc pas en reste.

Des Echinacéas installés depuis des années n’arrêtent pas de s’étendre. Après leur floraison, je vais aller y mettre mon grain de sel car ils prennent un peu trop d’ampleur à mon goût.

Des nouveaux venus. Les Echinacéas purpurea Pow Wow White. Ils ne devraient pas dépassés les 50 cms de haut. Je leur ai donné pour compagnes, des lavatères annuelles roses.

Les Physostégias virginiana « bouquet rose » forment d’opulentes touffes compactes d’épis roses.

Les roses commencent lentement mais sûrement leur remontée. Les rosiers plantés ce printemps étaient encore relativement petits en juin. Mais depuis, ils ont été boostés par les pluies de ces dernières semaines. Actuellement, ils ont atteint une belle taille. Voici les premiers à m’offrir leur remontée.

Les vedettes des fins d’été sont incontestablement les hydrangéas. Ils ont beaucoup d’atouts. Une jolie floraison qui évolue au fil du temps, un joli feuillage d’automne et pour nombre d’entre eux, des fleurs qui restent décoratives durant l’hiver. Je vous en présente quelques-uns…

Anabelle dans sa version rose

IMG_0970

Glabrata

Anabelle en version blanche

Early Sensation

Bobo dont les panicules commencent déjà à rosir.

Hayes Stardust. Je ne sais pourquoi mais chez moi, les inflorescences ne blanchissent pratiquement pas. Elles ont même tendance à rester vertes.

Merci pour vos visites et vos gentils coms.

Je plante, tu plantes, il plante…

Ce we a été particulièrement doux et assez lumineux. Un temps que j’apprécie beaucoup. Donc direction les nouveaux massifs afin d’y planter les bulbes.

Tout d’abord, les Aulx. J’ai choisi 3 paquets de 6 bulbes d’Allium aflatunense « Purple Sensation » et deux paquets de 2 bulbes d’ AlliumStipitatum « Mount Everest.

Mais également un paquet d’Allium « Gladiator » et un d’Allium en mélange

Du côté des tulipes, mon choix s’est porté sur les tulipes « Candy Prince », « Ronaldo », « Royal Ten », « Flaming Flag », « Shirley » et « Flaming Purissima ».

Un gros paquet de Narcisses « Minnow », et deux plus petits de narcisses « White Lion » et « Replete » ainsi que des Muscaris « Fantasy Creation » dont la couleur devrait changer suivant l’évolution de la floraison. En tout cas, c’est la description qui en est faite sur le paquet. J’ai hâte de voir….

img_9324 img_9331 img_9332 img_9336

Comme il faisait un temps très agréable qui m’incitait à flâner à l’extérieur, j’en ai profité pour faire quelques clichés d’automne.

Une partie du massif qui se situe au pied du kiosque en bois avec les poules qui aiment se balader à la recherche de petites vermines.

Un coin repos entouré de Miscantus Zébrinus.

Un des massifs à l’entrée du sous-bois. Les Hydrangéas ont apprécié les quelques pluies de la semaine dernière. Il était temps, ils montraient des signes de manque d’eau malgré les quelques seaux que je leur avais distribués pour les maintenir en vie. Mais rien de mieux que l’eau qui vient du ciel !

Le kiosque en fer forgé sur lequel grimpent les rosiers New Dawn entourés à leurs pieds par des Rosiers Bonica qui sont très florifères. Depuis juin, ils forment de beaux bouquets. De plus ces rosiers sont très sains. En tout cas chez moi….Pratiquement pas de tâches noires.

Bonica

Les « New Dawn ». Un peu plus fragiles que les « Bonica ». Plutôt sujet au Marsonia en été. Mais là, ils se sont refaits une santé et leur feuillage est superbe.

Sur ces deux arcades grimpent des rosiers Iceberg. Habituellement, je n’ai jamais de fleurs à l’arrière saison. Cette année, ils ont décidé de m’offrir quelques fleurs. Certes ce n’est pas l’opulence mais bien agréable tout de même.

L’automne est synonyme de beaux feuillages. Un voici un qui ne passe pas inaperçu….L’Euonymus alatus (fusain ailé). Son feuillage rouge foncé est magnifique en cette période de l’année.

La Lysimaque Clétroides quant à elle offre un feuillage rouge orangé. A l’arrière, les branches rouges du rosier Thérèse Bugnet.

Les Marronniers revêtent aussi leur habit d’automne.

Le Cornus Alba offre un feuillage mêlant le vert, le rose, le pourpre. Quant à son bois, il sera d’un beau rouge tout l’hiver apportant une belle présence pendant la saison hivernale.

L’Hydrangéa « Spreading Beauty » une merveille…

Certains rosiers ont encore un feuillage bien vert et ne semblent pas pressés de passer en mode repos. Super Dorothy est de ceux-là. Il est encore couvert de beaux bouquets.

Un Aconit bicolore qui fleurit pour la première fois.

Un géranium qui ne s’essouffle pas….Il est en fleurs depuis juin. Vous l’aurez reconnu…Il s’agit de Rozanne bien sûr.

Mes aides jardinières :) Elles ont débuté les travaux d’automne…..Elles commencent l’extraction de la mousse qui a tendance à prendre ses aises au pied des arbres.

Nettement moins agréable. Cette année, aucune fleur du côté des Sédums….Ils ont tous été couverts par une espèce de toile d’araignée noire bien épaisse.  Toile qui s’étend maintenant aux géraniums sanguineum alentours. J’ai beau regarder, je ne vois aucune bestiole. Si vous avez une idée de ce qui se trame je suis preneuse de vos conseils.

Je vous souhaite une excellente semaine. Merci à tous pour vos gentils coms.

Nouveaux projets

Voilà bien longtemps que je n’ai rien publié. Le temps passe trop vite. Le travail, quelques jours de vacances et l’esprit bien occupé par de nouveaux aménagements m’ont éloignée quelque peu de mon blog.

Eh oui, la décision est prise….Le jardin va subir un relooking. Je sais ce n’est pas bien raisonnable. Il y a déjà tellement à faire. Mais c’est plus fort que nous, il nous faut toujours de nouveaux objectifs pour pimenter notre quotidien de jardinier. Après tout, c’est comme cela qu’un jardin vit….
La partie entre la roseraie et le sous-bois va être modifiée. La grande étendue de pelouse va être remaniée. Nous avons envie de créer des massifs « promenades ». Le parcours a été étudié afin que ma moitié puisse tout de même circuler avec le tracteur tondeuse entre les massifs. Faut pas exagérer :) Faut pas trop se compliquer la vie :) Pour éviter au maximum le désherbage, du BRF va m’aider. J’emploie la première personne car le désherbage des massifs c’est toujours moi qui m’y colle :)  J’avoue que je n’étais pas spécialement une adepte du BRF. Mais pour l’avoir testé dans les massifs créés à l’entrée du sous-bois, j’ai changé d’avis et suis convaincue de son utilité. Je n’ai pratiquement pas dû intervenir dans cette partie cette année. Donc j’adopte.

Ce premier article va être consacré aux premières plantations. Pour l’instant, seuls quelques hydrangéas ont pris place.

Les canicules sont maintenant derrière nous. L’humidité revient. Les plantations peuvent donc commencer. J’attends avec impatience la foire de Lasnes. Pour ce qui est des nouvelles vivaces, j’hésite encore…Ou bien je plante cet automne ou j’attends le printemps. Dans ma région, il arrive que les températures hivernales fassent le grand plongeon et comme les vivaces sont souvent livrées en pots de 9 cms, j’ai peur qu’elles ne soient pas assez vigoureuses pour affronter un éventuel hiver rigoureux. Par contre, ma commande de rosiers est sur le point d’être finalisée.

Assez de bavardages. Passons aux choses sérieuses.

Voici un aperçu des nouveaux massifs et des premières plantations.

Mon premier article concernant nos aménagements sera consacré aux nouveaux hydrangéas.

Les trois premiers ont été achetés lors de mon séjour en Normandie.

Hydrangéa macrophylla Ayesha. Trouvé au jardin du Mesnil. Je vous parlerai plus en détail de ce jardin lors de prochains articles que je consacrerai aux superbes jardins que j’ai eu l’occasion de visiter lors de mon escapade normande.

Ce macrophylla est parait-il peu commun. Ses fleurs ressemblent à celles du lilas et varient du rose pâle au bleu pâle suivant la nature du sol. Le voici en l’état. Pas tellement représentatif car en fin de floraison. En plus, il attendait patiemment dans son pot depuis un mois et a donc du faire face aux températures caniculaires en étant dans un espace réduit. Pas la meilleure solution. Mais bon…

Voilà comment il devrait être l’année prochaine. (photo du net)

En bleu ?

En rose ?

Hydrangéa macrophylla « Wedding Grown ». Acheté dans une jardinerie normande.

C’est un nouveau venu dans la gamme des macrophyllas. Il est issu d’un croisement entre un macrophylla et un serrata nain. Ses inflorescences apparaissent vertes vers la mi-juin puis petit à petit deviennent blanches et en fin d’été, terminent en rose-rouge. Il a reçu les recommandations du jury à Courson en 2014.

Hydrangéa Cotton Candy. Acheté dans la même jardinerie que le précédent.

Il est issu d’un croisement entre un macrophylla et un serrata Hallasan. Il forme un buisson compact et très florifère. Il est particulièrement résistant au froid. Ses inflorescences sont rose pâle à coeur jaune-vert et s’épanouissent de juillet aux gelées. De plus, il est capable de fleurir sur le bois de l’année.

Ceux que je vous présente maintenant viennent de chez Thierry de Ryckel.

L’hydrangéa paniculata Little Quick fire

Comme son nom l’indique, c’est la version naine de Quick fire. Sa floraison est plutôt hâtive. Elle débute environ un mois avant les autres paniculatas. De ce fait, il développe une coloration rose bien avant que les autres paniculatas n’aient commencé à fleurir.

L’hydrangéa arborescens « Glabrata »

L’hortensia de Virginie Glabrata fleurit sur le bois de l’année. Il est plutôt conciliant sur le type de sol. Il n’a pas peur du calcaire et toutes les expositions lui conviennent.

L’hydrangéa arborescens « Bella Anna »

Cet hybride est une amélioration de Invincibelle. Son port est plus compact. Il se tient mieux et a une floraison plus soutenue d’un rose franc.
Il accepte les sols calcaires. Il fleurit sur les pousses de l’année. Ses fleurs ne changent pas selon le type de sol. Elles sont roses et restent roses.

Hydrangéa Aspéra « The Ditch »

Son feuillage est délicatement velouté. Il est super florifère. Ses inflorescences sont bombées de couleur rose mauve. Il apprécie la mi-ombre. Il ressemble à Sargentiane mais est moins haut. (photo du net)

Hydrangéa Aspéra « Mauvette » (photo du net)

De premier abord, il fait penser à un macrophylla. Mais de près, on voit immédiatement que ses feuilles sont plus petites et la nervure principale est légèrement violacée. Les fleurs sont plus petites que l’aspéra macrophylla. Ses sépales stériles disposées autour de l’ombelle ont une couleur violacée pâle. D’où son nom de Mauvette. Il apprécie le plein soleil.

Hydrangéa serrata « Blue Deckle » (photo du net)

Il fleurit deux fois. Une fois début juin et une seconde fois vers la mi-août. Ce qui fait son attrait, c’est sa floraison bleu clair en inflorescences plates mais également les nuances subtiles de son feuillage en automne

Voilà pour la première partie de nos nouveaux aménagements. Je vous retrouve bientôt pour la suite des aventures….

J’espère que vous avez tous passé d’agréables vacances et serai ravie de vous lire sur vos blogs ou le mien…

 

Début juillet

Après un printemps plutôt médiocre, l’été semble s’installer. Les rayons du soleil nous réchauffent enfin et la pluie semble enfin prendre une pause.

Du côté du jardin, les floraisons se poursuivent. Certains rosiers sont sur le déclin. Mais pas pour longtemps. Ils préparent doucement leur remontée. Les grimpants sur les arcades n’ont pas été au top cette année. Leurs floraisons ont été médiocres. Par contre, d’autres un peu plus tardifs, profitent du temps plus clément pour nous offrir leurs jolies fleurs.

Américan Pillar fait partie de ceux-là.

Neige d’été

Félicité et Perpétue est un incontournable très vigoureux. Il nous gratifie de petites fleurs d’un blanc crème légèrement rosé. Il est planté à l’entrée du sous-bois. Je l’ai installé au pied d’un sapin où il pourra pousser à sa guise.

Pearl Drift produit des fleurs blanches en coupe. Son feuillage est brillant et extrêmement sain. Pas une trace d’une quelconque maladie.

Mozart qui a été installé cet automne, le long de l’atelier de ferronnerie de mon fils.

Les Leucanthemums sont superbes cette année.

Devant American Pillar, les Aconits commencent à nous offrir leurs fleurettes d’un bleu bien lumineux.

La clématite Prince Charles est la seule qui est aussi florifère chez moi. Une vraie merveille. Je la taille à 30 cm chaque printemps et quelques mois plus tard, le spectacle est à nouveau au rendez-vous…

Dans le sous-bois, les Hostas préparent leur floraison.

IMG_8393

Ceux-ci plus au soleil, au pied d’un chêne d’Amérique sont déjà en fleurs.

Le long du sous-bois, Early Sensation offre ses panicules blanches. En fanant elles prendront des coloris rosés qui deviendront de plus en plus foncés avec l’arrivée de l’automne.

Les Hydrangéas sont bien utiles pour prendre  la relève des rosiers. Avec Early Sensation, ce macrophylla est un des premiers à fleurir. Il se trouve près du bassin situé au pied de la terrasse. Je ne connais plus son nom. Aucune importance….même sans nom il est superbe.

Le Cercis Red Fire est encore un jeunot. J’adore son feuillage en forme de coeur. Plusieurs couleurs sont présentes en même temps. Du vert, du pourpre…Ses feuilles mates et d’autres plus brillantes lui donnent beaucoup d’originalité.

Avec l’humidité de ces dernières semaines, la Filipendule rose atteint une hauteur impressionnante. C’est une envahissante qu’il faut tenir à l’oeil…

Encore une envahissante….L’Houttuynia cordata Chaméléon. Celui-ci, se développe dans le lagunage et devient gigantesque.

Le Magnolia Suzan n’a pas fait de  floraison spectaculaire au printemps. Par contre, il forme sans arrêt quelques fleurs depuis le mois de mai.

Je vous souhaite à tous d’excellentes vacances. Profitez bien de ces moments de repos bien mérités.   Ayons une pensée pour toutes les personnes qui de près ou de loin sont affectées par ces horribles attentats. A bientôt pour de nouveaux épisodes.

 

 

 

 

 

 

 

A la Sainte-Catherine tout bois prend racine (2)

Comme promis, voici la deuxième partie de mes achats automnaux. Il s’agit cette fois d’Hydrangéas. Il y a deux semaines, j’ai reçu un mail de « Promesse de fleurs ». Ce mail me rappelait que j’étais abonnée à leur newsletter depuis un an et que je n’avais pas encore passé de commandes chez eux. Pour me permettre de mieux les connaître, ils m’offraient les frais de port et une réduction sur les hydrangéas. Bien entendu, il n’en fallait pas plus pour me tenter, moi qui voulais de nouveaux hydrangéas…Pour trouver ceux que j’avais en tête, je devais parcourir la centaine de kilomètres que me sépare de mon pépiniériste spécialisé dans ce genre de plantes. Promesse de fleurs m’offre donc la facilité en quelques clics…Bien sûr, je craque…Mes nouveaux venus vont m’être livrés directement à mon domicile. Que demander de plus…

Mon colis est arrivé cette semaine….J’avoue très sincèrement avoir été un peu déçue. Je trouve les plantes un peu petites (20 cms maximum). Quand je compare avec la pépinière où j’ai l’habitude de me fournir, pour le même prix, les arbustes sont plus développés. De ce fait, j’hésite à mettre les plantes directement en pleine terre. Je crains qu’en cas d’hiver trop rigoureux, elles ne soient pas assez vigoureuses pour survivre. Je suis donc en plein dilemme. Planter ou pas planter ? Qu’en pensez-vous ?

Voici la liste des hydrangéas objets de mes soucis.

  • Hydrangéa macrophylla Stargazer
  • Hydrangéa macrophylla Lady Nobuko
  • Hydrangéa macrophylla Zorro
  • Hydrangéa aspéra Hot Chocolate

Je vous les présente à partir de photos choisies sur le net.

Tout d’abord Stargazer qui est un hortensia à têtes plates et au port buissonnant. Ses fleurs sont stériles et bordées de blanc. Son feuillage est épais et dentelé de couleur bronze virant vers des tons orangés à l’automne.

Mon second choix s’est porté sur Lady Nobuko. Nobuko est une variété d’origine japonaise à fleurs originales nettement bicolores. Son port est compact et sa vigueur moyenne.

En troisième position, Zorro. Un hydrangéa que je souhaitais depuis un moment. C’est un arbuste vigoureux qui a la particularité d’avoir des tiges noires qui tranchent harmonieusement avec les fleurs plates.

 

Et pour terminer, je vous présente l’hydrangéa aspéra Hot Chocolate. Cet hydrangéa affiche un feuillage délicieusement chocolat sur le dessus et rouge bordeaux sur le dessous qui devient vert au fil du temps. Il se démarque également des autres hydrangéas par ses feuilles velues.

   

La troisième partie de mes achats concerne une commande chez Lottum. Bien sûr, vous l’aurez compris, il s’agit de rosiers….Je vous les montre bientôt….

En attendant, passez une excellente semaine.

 

 

Après les roses (2)

Bonjour à tous.

Voici la suite de mon précédent billet concernant les Hydrangéas.

Comme je vous l’ai dit précédemment, la majorité de mes hydrangéas sont âgés seulement de 12 à 18 mois. Ils n’ont donc pas encore atteint leur pleine maturité.

Hydrangéa Paniculata Early Sensation est un croisement de Dharuma et de Pink Diamond qui atteindra 2 m de haut. Ses panicules sont de forme aplatie. Il fleurit aussi bien sur le bois de l’année que sur celui de l’année précédente. Les fleurs sont tout d’abord blanches puis prennent des teintes rosées. En automne, les fleurs et les feuilles deviennent bien rouges. Il a d’ailleurs déjà commencé sa métamorphose. Les fleurs rosissent déjà….

Lire la suite

Après les roses

Le jardin est souvent un peu au repos après les floraisons du mois de juin. Certes, il y a tout de même pas mal de fleurs. Mais, afin d’ajouter un peu plus de couleurs  en attendant la remontée des roses, j’ai choisi de planter des Hydrangéas. J’aime bien ces arbustes. Plusieurs nuances sont souvent présentes sur une même plante. La couleur de la fleur (excepté le blanc) varie suivant la nature du sol. S’il est acide et qu’il contient du sulfate d’aluminium, les fleurs roses prendront une teinte bleue et les fleurs rouges deviendront violettes. Il est donc possible de changer le rose en bleu en ajoutant deux fois par an du sulfate d’alumine (2 à 3 cuillères à soupe) au pied des plantes.C’est ce que conseille Thierry de Ryckel aux personnes qui souhaitent des Hortensias bleus. Par contre l’inverse n’est pas possible car il faudrait changer complètement le sol. Personnellement, je préfère laisser faire la nature. Si un Hortensia  rose devient bleu et bien pour moi c’est très bien ainsi. Tout cela pour dire qu’avec les Hortensias rien  n’est  figé, tout peu évoluer. C’est cela aussi le plaisir du jardin.  De plus, leur floraison est de longue durée. Une floraison en trois étapes : un début, un milieu et une fin. La couleur de la fleur évolue au fur et à mesure de son épanouissement qui dure souvent plusieurs semaines. Dans la plupart des cas, la fanaison se passe admirablement. La fleur sèche  est souvent utilisée pour la confection des bouquets.

Je commence mon billet avec deux Hydrangéas qui sont installés sur les bords d’une pièce d’eau. Celle-ci, est celle qui se trouve le plus près de la maison. Encore des inconnus. Vous en avez l’habitude maintenant….chez moi, il y a en a de nombreux !!!

Là, nous prenons la direction de la roseraie. Des arbustes sont plantés aux côtés des rosiers. Parmi eux, quelques Hydrangéas.

Lire la suite