La vie en rose…

Cette semaine, j’ai enfin pu voir la vie en rose. Après de longs mois d’attente, mes premiers rosiers se sont épanouis et modifient de façon impressionnante le décor.

Voici les premières floraisons.

Tout d’abord, Mary rose….. Il est planté dans un massif auprès des pruniers. Il est entouré  de géraniums vivaces et d’autres rosiers. A l’arrière plan, le rosier Américan Pillar qui lui, n’est pas encore en fleurs et qui grimpe dans un des pruniers.

Un bouton prêt à prendre la relève…

Ici, nous arrivons dans l’allée composée de seize arcades. Tous les rosiers ne sont pas encore en fleurs. Je vous présente les plus hâtifs…

Constance Spry. Un anglais créé par David Austin. Ses fleurs sont d’un rose vif au parfum de myrrhe. Il n’a qu’une seule floraison mais qui est spectaculaire.

Isaac Pereire.Un bourbon qui produit d’énormes fleurs très parfumées et qui sont d’un rose carminé. Chez moi, cette année, il est atteint de marsonia….Pfff…

Madame Alfred Carrère est un rosier ancien créé par Joseph Schwartz. C’est un excellent grimpant presque sans épines. Ses boutons sont roses puis les fleurs deviennent ivoires puis blanches. Il est très remontant.

Pink Cloud. Un rosier vigoureux à fleurs doubles parfumées. Il est remontant. Toutefois, la floraison d’automne est peu abondante.

Zéphirine Drouhin. Un bourbon. Un grimpant de moyenne vigueur. Son parfum est fort et fruité. La floraison est longue et abondante en juin. Il a la particularité de ne pas avoir d’épines.

Times Past. Un anglais de la lignée de Penny Lane. La fleur est double et d’un rose pâle. Il est très remontant.

Iceberg, aussi appelé Fée des Neiges. Un rosier très vigoureux, parfumé dont les fleurs résistent assez bien à la pluie. On le dit remontant….chez moi, jusqu’à présent, la remontée n’a jamais été sensationnelle.

Nous voici de retour dans les massifs. Je vous présente un inconnu qui ne mesure pas plus de 50 cm.

Un autre inconnu. Je l’ai appelé « Souvenir de Mimine ». Je vous explique….Ce rosier m’a été donné par une dame âgée qui n’a plus la force nécessaire pour entretenir son jardin. Elle m’a raconté que ce rosier venait de son grand-père et qu’il était dans la famille depuis plusieurs générations. Pour elle, il avait une vraie valeur sentimentale et elle voulait que ses nouveaux propriétaires en prennent soin. Quand elle a visité mon jardin, elle a vu ma passion pour les fleurs et me l’a donc proposé. J’en ai été très émue et ai accepté de le bichonner à mon tour. Comme cette dame avait comme surnom « Mimine », j’ai tout naturellement baptisé mon nouveau protégé « souvenir de Mimine »

Voici donc Souvenir de Mimine. Il a une odeur très agréable.

Cette semaine, la vie était en rose du côté des roses mais également du côté des vivaces.

La première fleur de nénuphar de la saison.

Un rhododendron qui fleurit un peu plus tard dans la saison.

Le Robinia hispida macrophylla

Il est superbe mais à mon sens a un inconvénient….Son bois est fragile et lorsque les éléments se déchaînent, les branches se brisent. Peut-être devrais-je voir cela comme un avantage après tout…De cette manière, il garde naturellement une hauteur raisonnable !!!

Les oeillets

Les Pivoines qui cette année fleurissent en même temps que les rosiers.

Des Aulx achetés pour quelques cents en grande distribution. Ils font une vingtaine de centimètres. .

La suite au prochain post….

Bonne semaine à tous.

 

Bientôt….Bientôt…

Bientôt….les roses seront là….Les températures un peu plus clémentes que nous connaissons depuis quelques jours vont être le petit coup de pouce nécessaire à l’éclosion des boutons. L’explosion ne devrait plus tarder. En attendant de pouvoir vous poster mes photos de roses, je vous emmène à nouveau faire une ballade dans mon jardin à la découverte des floraisons du moment . Cette fois, nous serons accompagnés de la secrétaire de l’association  « Jardins ouverts de Belgique » qui nous a fait l’agréable surprise de nous rendre visite cette semaine.

Cette rencontre nous a permis de parler de vive voix des dernières modalités pour l’organisation des journées.portes ouvertes.  J’ai également pu faire plus amples connaissances avec la personne que j’ai régulièrement à l’autre bout du fil et enfin mettre un visage sur une voix.

Très rapidement après l’arrivée de madame Petit, nous entamons un tour du jardin. Voici, ce que nous voyons avant de franchir la barrière. Sur le côté gauche, le Kolkwitzia amabilis est en pleine floraison.

Coté droit, se sont des Géraniums sanguineum qui débutent leur floraison et qui couvrent petit à petit le talus.

Le terrain s’étend sur plusieurs niveaux. Toujours au  niveau de la barrière d’entrée, une vue plongeante sur la partie supérieure du jardin.

Non loin du Kolkwitzia, des Iris se dressent fièrement.

A coté des Iris, des ….leur nom m’échappe…

Nous continuons à suivre le chemin et tout à coup, les regards sont attirés vers la partie qui est en limite de la prairie voisine. Là, un noyer est « envahi » par une clématite Nelly Moser.

En revenant sur nos pas, le premier coin repos installé auprès d’arbres que je vous ai déjà présentés dans un autre billet. Derrière la petite terrasse, des Miscanthus Zébrinus.

Là, nous arrivons auprès des rhododendrons. Certains terminent leur floraison.

Direction la roseraie où tout comme la semaine dernière, pas de rosiers en fleurs….

Ici, à droite, une vue d’une partie des arbustes plantés le long des arcades de rosiers. A gauche, l’entrée du sous-bois.

Direction le potager où notre hôte se concentre sur la culture des witloof (chicons, endives). Mon mari se fait un plaisir de lui expliquer en détail toutes les étapes.

Sur le côté gauche de la serre, la ciboulette n’en finit plus de prendre ses aises.

Après la visite du potager, nous prenons la direction du massif situé au pied du kiosque en bois.

De retour près du plan d’eau près de la maison, Bandy en profite pour se désaltérer. Il est vrai que le soleil est de la partie et que pendant que nous discutons, il patiente en faisant des allers et retours qui lui donnent soif.

Une vue du plan d’eau.

Toujours près du plan d’eau, la conversation bat son plein.

Quelques photos de floraisons prises au cours de notre balade.

Le dernier rhododendron à entamer sa floraison.

Des géraniums.

Ici le géranium sanguineum.

Le géranium Kashmir white et un inconnu

Le Népéta et les dernières fleur du Magnolia Suzan.

Les Iris pseudocarus et la première fleur des pavots de Californie. Des couleurs un peu flash mais qui apportent de la luminosité lorsque le ciel est plombé.

Les Lupins

Les premières pivoines.

Une Primula Denticulata

Le Cornouiller des Pagodes dont les fleurs sentent divinement bon.

Et enfin, le premier rosier à fleurir. Il grimpe sur la façade et est exposé plein sud. Je ne connais pas son nom. Il est issu d’une bouture que l’on m’a offerte. J’espère qu’il va me donner une explosion de fleurs. Il est couvert de boutons mais pour l’instant, ils s’ouvrent les uns après les autres….Donc pour l’explosion…on verra.

Bonne semaine jardinière à vous tous.