En ce moment

Mai se termine et voici un bon moment que je n’ai pas posté de photos du jardin. Chaque année, les floraisons sont attendues avec impatience mais cette année plus que d’autres. Après un mois de mars plutôt clément du côté des températures, avril a été ravageur. Les gelées survenues fin du mois ont provoqué beaucoup de dégâts. Les jeunes feuillages n’ont pas résisté. Moralité après cette offensive du froid, ce fut un retour à la case départ pour beaucoup de plantes. Certaines ont même eu du mal à s’en remettre et je l’ai crues perdues.  Mais la chaleur de ces derniers jours a accéléré le redémarrage de beaucoup d’entre-elles. Malheureusement, maintenant nous devons faire face à une sécheresse inhabituelle pour les Ardennes à cette période de l’année. De nombreuses plantes sont donc nettement moins développées en comparaison avec les années précédentes. Aucune importance, elles sont là et c’est bien là le principal pour moi.

Toujours fidèles, les Ancolies.

Les Iris, ne s’en tirent pas mal non plus.

Dans le sous-bois, les Hostas se refont une santé. Après être passés par le passage salade cuite, ils refont de nouvelles feuilles que les baveux semblent ignorer. Il y a bien quelques perforations dans le feuillage mais rien de dramatique. Pour le moment, ils sont loin de ressembler à de la dentelle et c’est tant mieux.

Une clématite qui était étiquetée « The Président » . Une fois de plus, une erreur d’étiquetage. Pas grave, elle me plait tout de même. Même si elle ressemble à une Nelly Moser mais en tonalité plus vive que celles déjà présentes au jardin. Peut-être est-ce du à son exposition plus abritée du soleil.

Une Nelly Moser

Miss Bateman

Le verger vu du haut de l’escalier. J’avais semé l’année dernière des graines de fleurs mellifères au pied des pommiers afin d’aider les abeilles dans leur travail. Au printemps dernier, le résultat était loin de me plaire et j’ai longuement hésité. Attendre ou remettre de la pelouse. Ne dit-on pas que le jardinier doit être patient….Cette année, le résultat me sied beaucoup plus.

De plus près. Pour l »instant, Marguerittes et Lin. Devraient suivre, des Nigelles, des Escholzias, des Sauges, des Pavots…

Les feuilles du Morus Alba Pendula planté à l’automne dernier apparaissent seulement. J’ai cru qu’il n’avait pas survécu à l’hiver. Eh bien non, il voulait juste faire la star, se faire désirer…

Les Rhodos prennent de l’ampleur d’année en année.

Maintenant que les couleurs font à nouveau leur retour, voici quelques vues d’ensemble. Une partie du massif accolé au chemin qui descend au jardin.

La pièce d’eau qui se trouve près de la maison. Je n’ai pas encore taillé les fleurs fanées des Hortensias. Les nouvelles feuilles ont été gelées en avril mais certaines branches montrent des signes de vie. Donc je vais me montrer patiente et attendre encore un peu avant de systématiquement tout rabattre.

La partie supérieure avec l’abri de jardin.

Toujours la partie supérieure vue de l’autre sens.

Toujours la partie supérieure avec un nouveau massif qui fait face à l’abri de jardin.

Massif situé au pied du chemin qui descend au jardin.

L’entrée du sous-bois.

L’allée de rosiers qui manque encore de couleurs. Les rosiers et les géraniums qui sont à leurs pieds sont encore en boutons

Entre l’allée de rosiers et le sous-bois, une partie des nouveaux massifs qui voudraient un peu d’eau du ciel.

Au bout de l’allée, la porte que nous conduit vers l’étang. Les feuilles de la haie de hêtres ne sont pas encore toutes débourrées. Dans quelques jours, la haie devrait être complètement opaque.

L »étang avec sa terrasse. A l’extrémité,  la haie qui nous sépare du terrain voisin.

Voilà, j’espère que cette petite balade printanière vous a plu. A bientôt pour la floraison des rosiers. Profitez bien de ces belles journées ensoleillées.

 

 

 

Lasnes

Samedi, le temps était vraiment idéal pour faire une petite virée jusqu’à Lasnes où se déroulait la traditionnelle fête des plantes de printemps. Nous sommes partis assez tôt afin d’être sur place pour l’ouverture. Nous avons donc pu nous garer près de l’entrée ce qui n’est pas négligeable lorsqu’il faut rejoindre la voiture avec ses achats. J’ai volontairement laissé mon Apn à la maison. Pas envie de m’encombrer. Je n’ai donc aucune photo de cette journée. Mais je sais que d’autres blogueurs se chargeront de vous montrer les belles choses vues là-bas.

Voici mes trouvailles.

Un peu plus en détail, cela donne….(photos du net)

Un Ribes Gordianum. Il fleurit environ un mois après le Ribes Sanguineum. Ses fleurs en grappes sont roses à l’extérieur et jaune pâle à l’intérieur.

L’Abeliophyllum Distichum roseum ou Forthysia rose.

Le Parrotiopsis Jacquemontiana est originaire de l’ouest de l’Himalaya et est de la famille des Hamamélis. Les fleurs sont entourées de grandes bractées blanches.

Résultat de recherche d'images pour "parrotiopsis jacquemontiana"

Le Viburnum Plicatum Molly Schroeder. Ses fleurs sont roses rappelant les inflorescences plates de certains Hydrangéas. Les fleurs restent roses du début jusqu’à la fin de sa floraison.

Le Viburnum Plicatum Mary Milton a été primé à Courson  en 2012. C’est une viorne au port étalé et aux fleurs en boules roses. Ses feuilles prennent des teintes rouge orange en  automne.

Résultat de recherche d'images pour "viburnum plicatum mary milton"

Le Céanothus Gloire de Versailles. Je l’ai déjà eu au jardin il y a quelques années. Je me souviens de sa superbe floraison. Malheureusement, cet arbuste n’a pas une longue durée de vie. J’avais envie de le réintroduire dans mes nouveaux massifs. C’est donc chose faite.Résultat de recherche d'images pour "céanothus gloire de versailles"

Voilà pour les arbustes. Passons aux fleurs….

Le Gillenia trifoliata Pink Profusion offre de nombreuses petites fleurs étoilées d’un rose pâle. Après 2 ou 3 ans, il devrait former une belle touffe.

Résultat de recherche d'images pour "gillenia trifoliata pink profusion"

L’Aquilegia Ecalcarata Hot Milk est une création de Thierry et Sandrine Delabroye. Habituellement, le feuillage de Ancolies est vert. Chez celle-ci, il se pare de nuances rosées.

Le Geum Cosmopolitan a une superbe floraison qui mélange le rose, le blanc et le saumon.

Résultat de recherche d'images pour "geum rivale cosmopolitan"

Le Delphinium Pacific Astalot. Il devrait m’offrir des fleurs dans les tons parme.

Résultat de recherche d'images pour "delphinium pacific astolat"

Pour lui tenir compagnie, j’ai également choisi le Delphinium Pacific White. Après plusieurs essais infructueux, cette fois, ce sont les derniers que je plante. Si les résultats ne sont pas à la hauteur, je jette l’éponge….

Résultat de recherche d'images pour "delphinium pacific white"

Les Thalictrums delavayi Splendide White et Hinckley

Résultat de recherche d'images pour "thalictrum delavayi splendide white"

Résultat de recherche d'images pour "thalictrum delavayi hinckley"

Pour rejoindre l’ombre du sous-bois, j’ai choisi le Corniogramme Emeiensis qui est une fougère originaire de Chine. Ses frondes sont vertes marquées de lignes plus claires.

Résultat de recherche d'images pour "coniogramme emeiensis"

Deux Epimédiums qui vont soit rejoindre le sous-bois ou le pied des hêtres pourpres. J’hésite encore.

L’Epimédium Grandiflorum Red Beauty

L’Epimédium Youngianum Roseum

Résultat de recherche d'images pour "epimedium youngianum roseum"

Mon dernier achat, une petite folie…..La pivoine Itoh Cora Louise

Les pivoines Itoh ou intersectionnelles sont le résultat d’un croisement entre une pivoine herbacée et une pivoine arbustive. Cora Louise a des fleurs semi-doubles blanches ombrées de rose pâle avec du rouge pourpre à la base de ses pétales.

Résultat de recherche d'images pour "pivoine itoh cora louise"

Voilà, je pense que ces achats sont les derniers pour ce printemps sauf….éventuels coups de coeur.

 

 

1er mai….

Avril 2017 restera dans nos mémoires en raison de son gel printanier désastreux et également pour son manque d’eau. Dans ma région le gel nocturne a sévi pendant plusieurs nuits avec des températures qui sont descendues jusqu’à -5°. Les conséquences…. beaucoup de jardiniers les connaissent car nous sommes nombreux à avoir nos floraisons printanières anéanties. Mais bon, il ne faut pas regarder en arrière mais au contraire, il faut regarder vers l’avenir et avancer. C’est ce que je décide de faire….Je vais au jardin et ferme les yeux sur ce qui est grillé et jette mon regard sur les floraisons du moment. Pour ce qui est des colorations au niveau des feuillages, elles débutent seulement. L’avance prise en mars grâce au températures clémentes est maintenant dissipée et je pense qu’il va falloir attendre que les thermomètres remontent pour voir tout ce petit monde éclater.

Chez moi, de nombreux arbres ou arbustes n’ont pas encore de feuilles. C’est le cas des Cotinus, des Ginkgo, de l’Erable négundo, du Gléditsia….

Les tulipes les plus hâtives sont déjà entrées en mode repos.

Celles que je vous présente sont plus tardives et n’ont pas souffert du gel. Dans mon jardin, leurs seuls ennemis sont les rongeurs. Une vraie plaie….Certains bulbes ont été épargnés par contre d’autres ont été décimés. Chaque année, c’est la même chanson. C’est pourquoi, je suis restée fâchée pendant plusieurs années avec ces bulbes. Mais la rage passée,  je me suis à nouveau lancée dans l’aventure avec des résultats qui finalement ne sont pas trop mauvais. Je vais donc persévérer et planter de nouveaux bulbes cet automne.

Je vous emmène ?

Tulipes Ronaldo

Tulipes Candy Prince

Tulipes Flaming Flag

Tulipes Flaming Purissima

Tulipes Shirley

Les Phlox subulata sont vraiment superbes cette année. Celui-ci a pris beaucoup d’ampleur au fil des ans. Il se faufile entre les branches du cornouiller. Après sa floraison, je vais en prélever des éclats qui vont rejoindre les nouveaux massifs.

Les dernières primevères

 

Tapis de violettes

La Vinca minor Illumination qui porte vraiment bien son nom ! J’en ai planté plusieurs éclats dans le sous-bois. Il semblerait que cette année, ils aient enfin décidé de s’étaler.

Le Kalmia polifolia

Le Viburnum Carlésii.

Les feuillages.

Les Physocarpus semblent être assez résistants au gelées printanières. Aucun n’a le feuillage grillé.

Le Physocarpus Diabolo au feuillage pourpre au printemps qui deviendra presque noir en été et rouge-orangé à l’automne.

Le Physocarpus Dart’s Gold son feuillage est jaune d’or jusqu’au début de l’été. Ensuite, il verdit.

Le Physocarpus Amber Jubilee qui est issu d’un croisement entre Diabolo et Dart’s Gold. Son feuillage est bronze au printemps. Il virera au pourpre à l’automne.

La Spirée Goldflame au feuillage orangé. Elle est adorable avec ce feuillage qui change de couleur au fil des saisons.

Le Philadelphus coronarius aureus

Dans la serre, grâce au plastique à bulles qui était étalé chaque soir, les semis ont bien supporté le coup de froid. Malgré le redoux, je vais tout de même attendre la mi-mai pour mettre mes quelques annuelles en pleine terre. Non non, tous les pots ne sont pas des semis de fleurs. Loin de là….La majorité de la serre est occupée par les semis de tomates, aubergines, melons, courgettes, potirons, pois, salades etc etc.

Je vous offre ces quelques clochettes. J’espère qu’elles vous porteront bonheur ainsi qu’à votre famille.

A bientôt.