Le grand nettoyage

 

Cette période de confinement nécessaire afin de combattre le covid 19, nous laisse beaucoup de temps libre.

De plus, le beau temps est de retour et avec lui, l’envie de sortir et de reprendre les travaux de jardinage.

Nous avons la chance de posséder un jardin qui nous permet de mettre le nez dehors sans croiser personne. Néanmoins, je pense beaucoup aux personnes qui n’ont pas le bonheur de posséder un petit coin de verdure et qui de ce fait se retrouvent confinées dans leur appartement.

J’ai repris le grand nettoyage des massifs. Par contre mon époux a décidé de « jouer » avec sa tronçonneuse. Il a entrepris de gros travaux d’abattage. Ce n’est jamais de gaieté de coeur que nous prenons la décision de couper un arbre déjà bien mature. Mais bon quand c’est nécessaire. Plus le choix.

Au jardin, nous avons quelques sapins plantés depuis une trentaine d’années. Certains sont attaqués par les scolytes. Le scolyte est un insecte ravageur qui perfore l’écorce. Les trous sont identifiables par une traînée de sciure. S’en suit un décollement de l’écorce ou une perte de fragments qui provoque à court terme la mort de l’arbre et la dégradation de son bois à moyen terme. Etant donné que les risques de contamination pour les arbres voisins sont importants, mon mari a décidé de couper les sujets malades.

Les attaques de scolytes sont un vrai fléau dans ma région. Il y a quelques dizaines d’années la coutume était de planter des sapins sur chaque parcelle de terrain libre. Le sapin étant un arbre qui pousse assez rapidement, les gens pensaient se constituer ainsi un capital pour leurs vieux jours. Maintenant, leurs plantations arrivent à maturité et auraient dû avoir une belle valeur marchande. Mais voilà, il n’en est rien. Les sécheresses successives les ont affaiblies. Et selon les experts, les scolytes s’attaquent aux arbres fragilisés. Des sapinières sont donc complètement dévastées et les propriétaires se voient obligés de faire des mises à blanc. Mises à blanc qui ne leur rapporte pratiquement rien financièrement puisque les bois sont abîmés et que les débouchés pour les évacuer sont saturés. Certains propriétaires ne reçoivent même pas un euro pour leur bois. Si leur terrain est trop mal situé ou qu’il ne jouxte pas d’autres parcelles plus grandes, les marchands ne sont plus intéressés et souvent acceptent de couper les sapins mais contre aucune rémunération. Juste pour débarrasser les propriétaires.

Nous n’avons pas de sapinières. Juste quelques sapins au jardin. Heureusement, nous sommes équipés pour effectuer les abattages et le broyage.

Donc une fois la décision prise, pas besoin d’attendre le bon vouloir d’un bûcheron ou d’un entrepreneur de jardin. Au boulot…

Quelques frênes étaient aussi mal en point.   La chalarose a sévi. Les arbres sont donc condamnés. La chalarose est un champignon microscopique très virulent. Il pénètre dans le frêne par les feuilles ou le collet de l’arbre. Il ne fait aucune distinction entre un jeune arbre ou un arbre de plusieurs années. Comme le frêne est un très bon bois de chauffage, tout n’est pas perdu…

Nous avons également un autre problème de taille. Le retour des castors dans notre région. Certains de nos arbres sont endommagés. Même si nous n’avons pas beaucoup de doutes sur la présence du castor, mon époux a tout de même décidé d’acheter une caméra afin d’en avoir la certitude.

 

Dès que les arbres sont coupés, pas de temps à perdre. Pas question de laisser le jardin en chantier. Le printemps est là et nous n’avons pas envie de profiter des floraisons au milieu d’un tel désordre.

Les plus beaux morceaux sont donc transformés en bûches pour le chauffage et les branches les plus fines broyées. De beaux tas de BRF à étendre dans les massifs dans les mois à venir.

Le bois est fendu et va être rangé pour séchage.

Il y a quelques mois, j’avais pris la décision de ne plus créer de massifs, de continuer les plantations mais de façon moins intensive.

Eh bien, je crois qu’il va m’être impossible de respecter cette résolution, de résister à la tentation :). Tous ces arbres en moins, me laissent un beau terrain de jeux. J’espère que le confinement ne s’éternisera pas trop et que les jardineries et les foires aux plantes vont à nouveaux ouvrir leurs portes.

Prenez bien soins de vous. Restez chez vous. N’oubliez pas vos proches. Internet ne sert pas seulement à surfer sur les blogs mais également à garder le contact avec ses proches…..