De retour

Pendant plusieurs mois, mon blog est resté en stand-by.  L’impression de me répéter, de ne plus avoir rien d’intéressant à vous raconter, le manque d’inspiration, le manque de retours, le tourbillon de la vie… ont fait que l’envie de publier m’avait quitté.

Mais sachez que je vous ai suivi sur vos blogs respectifs même si mes messages se sont faits très très très rares.

Pour débuter ce premier article de l’année 2020, je vous emmène découvrir les premières floraisons. Le printemps est à nos portes et l’envie de profiter du jardin me revient progressivement.

Dans ma région, l’hiver 2019-2020 aura été particulièrement doux mais très humide. Pratiquement pas de gel.

D’ailleurs, cette année, j’ai même laissé mes dahlias en pleine terre. Marre de les retirer chaque automne. J’avais envisagé de remodeler les massifs où ils se trouvent, convaincue qu’ils ne seraient plus là au printemps. Eh bien, je pense qu’ils devraient réapparaître d’ici quelques semaines. Sauf, si les rongeurs sont passés par-là…

Comme dans beaucoup de jardins, les hellébores font leur show. Je n’ai pas encore coupé le feuillage abîmé et vous les présente donc tel quel. Ce n’est pas encore aujourd’hui que j’effectuerai cette tâche. Il neige…..

Bon… assez bavardé….

Pour tenir compagnie aux hellébores, nous pouvons compter sur les perce-neige, les jonquilles, les crocus et les primevères.

Quelques arbustes à floraison précoce égayent également les journées grises du moment.

Mon Viburnum Bodnantense Dawn atteint enfin une belle taille et fleurit généreusement cette année.

Pour la légèreté, nous pouvons compter sur la floraison délicate de la Spirée Thunbergii Fujino Pink. Les boutons floraux sont tout d’abord roses puis s’épanouissent en fleurs blanches le long des rameaux.

Pour colorer le jardin, nous pouvons également compter sur le superbe feuillage des Epimédiums.

Je suis en plein questionnement à leur sujet. J’ai toujours coupé les feuilles chaque printemps. Mais apparemment, je suis dans l’erreur.  Je viens de lire dans une revue de jardinage, qu’il était déconseillé d’agir de cette façon. L’article conseille de couper une année sur deux. Une taille chaque année épuiserait les plantes…

Je terminerai donc mon article par ces questions….Que faire ? Laisser le feuillage ou rabattre ? Comment faites-vous ?

 

 

 

 

 

 

5 réflexions au sujet de « De retour »

  1. Coucou et welcome back! Je n’ai pas taillé les feuillages de mes epimediums depuis leur plantation (l’année dernière et l’année d’avant) et je n’y ai pas vu d’inconvénient. Si ce sont des variétés où les fleurs se développent bien au-dessus du feuillage et que celui-ci est encore beau comme sur ta photo, pourquoi le couper?
    Jolie collection d’hellébores, j’adore ! Bisous et belle journée

  2. Coucou Wivina
    Cela aurait été dommage que tu ne nous publies plus de billets…doux !
    Je suis contente de te relire du coup. C’est vrai que part moment, l’envie de repli est là…Mais avec le printemps…tout revient 😉
    Tu as une sacré collection d’hellébores ! Concernant tes Dalhia tu as bien fait…J’ai fait de même;
    Epidémium : ici je laisse tout en hiver et ne coupe qu’en février les tiges sèches…Je n’ai rien lu concernant cette plante ? D’ailleurs, pour toutes les vivaces je n’interviens qu’ en fin d’hiver…
    Ta spirée déjà en fleurs ? C’est une précoce ! Belle surtout …
    Belle journée

  3. et bien bienvenue par ici! ravie de te relire!
    je laisse le feuillage sur un épimédium, je coupe ce qui est fané..
    tu as une sacrée belle collection d’hellébores..
    bonne fin de semaine, Bises Wivina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *