La valse des hydrangéas.

Le mois de juin s’en est allé. Les rosiers s’essoufflent lentement mais sûrement. ceci n’est que temporaire puisqu’ils reviendront bientôt avec une nouvelle floraison. En tout cas, je l’espère… Si la sécheresse perdure, les fleurs risquent d’apparaître avec parcimonie.

Le jardin commence à souffrir du manque de pluie. Mais il n’est pas monotone pour autant. Les vivaces et les nombreux hydrangéas sont bien là et assurent une belle présence. Au fil des années, les achats se sont intensifiés et actuellement, les hydrangéas sont en nombre. Ils ont pris de belles ampleurs et assurent le spectacle. Toutefois, il faut bien avouer….Cette année, ils survivent grâce aux arrosages ponctuels que nous leur administrons.

Un des premiers plantés est l’hydrangéa arborescens Annabelle. C’est la variété la plus connue et la plus répandue dans les jardins. A l’heure actuelle, il peut paraître tellement banal face à toutes les nouveautés qui font leur apparition dans les pépinières. Peu importe, je l’apprécie et il est tellement facile à vivre. La floraison est garantie chaque année contrairement aux macrophyllas qui subissent souvent les assauts des gelées printanières qui de ce fait nous privent de fleurs.

Le jardin accueille également de nombreux hydrangéas paniculatas. L’un d’entre-eux est Phantom. C’est un bel arbuste d’environ 2 m de haut qui se maintient bien grâce à ses tiges épaisses qui soutiennent sans problème les énormes inflorescences.

Wim’s red est également un paniculata. Il est issu d’un croisement entre Pink Diamond et Dharuma. Ses fleurs ont une forme assez élancée. Il fleurit à la fois sur les branches de l’année précédente et sur celles de l’année.

Early sensation tout comme Wim’s red est issu également d’un croisement entre Pink Diamond et Dharuma. Ses panicules sont plutôt aplaties comme celles de Dharuma. En fanant, les fleurs et les feuilles deviennent bien rouges en automne.

Encore un hydrangéa que j’adore…..Le serrata Spreading Beauty. Il fait plutôt partie des arbustes nains. Il a un port tapissant. Il ne dépasse pas les 40 cms de haut mais par contre prend de la largeur.

Le macrophylla Bloomstar est un petit nouveau. Chez moi, ses grosses fleurs sphériques s’affichent en un joyeux mélange de rose et de bleu lavande. Il est capable de former ses fleurs sur le bois de l’année mais également sur celui de l’année précédente. Ce qui est un avantage pour moi étant donné le climat de ma région qui hypothèque souvent la floraison des macrophyllas.

Celui-ci est un des premiers hydrangéas que j’ai introduit au jardin. Un de ces hydrangéas vendus en grande surface pour quelques pièces.

Encore un inconnu. Celui-ci est blanc légèrement bleuté.

Un autre serrata…..Verlee. Thierry de Ryckel (pépiniériste belge spécialisé dans les hydrangéas) conseille de le traiter à l’alumine pour lui garder sa couleur bleue. Chez moi, ce n’est pas nécessaire. Il a été planté dans une ancienne sapinière et la terre doit être suffisamment acide puisqu’il déploie ses belles inflorescences dans une belle tonalité de bleu sans ajout d’alumine.

Tout comme Annabelle, mais moins connu, Glabrata fait partie des arborescens. Ses fleurs ont un pouvoir mellifère et donnent un petit air sauvage au jardin. Elles sont bien dégagées du feuillage et sont odorantes. Il apprécie l’ombre clair des grands arbres. Je l’ai accompagné de Verveines de Buenos aires.

Hayes Starburst est également une valeur sûre. Il a une allure champêtre et fait partie des arborescens. Ses inflorescences sont de forme aplatie et de couleur crème.

Encore un Arborescens. Il s’agit de Bella Anna qui en fait est une amélioration de Invicibelle. Son port est compact et il est de meilleure tenue et sa floraison est plus soutenue qu’Invicibelle.

Voici Invicibelle.

Certes les hydrangéas font le show en ce moment. Mais ils ne sont pas les seuls à tenir la vedette.

Les Lavatères arbustives font également partie de mes plantes préférées. Elles sont en fleurs sans discontinuer jusqu’aux gelées. Leur durée de vie n’est pas très longue. Trois ou 4 années au grand maximum. Mais elles se bouturent très facilement. Je les multiplie donc chaque année pour remplacer celles qui ne réapparaissent pas au printemps.

Lavatère Barnsley

La Lavatère roséa

La Clématite Prince Charles est en fleurs depuis presque un mois.

Les Scabieuses et les Gauras s’entremêlent et offrent une belle association.

Quelques vues des massifs situés le long du sous-bois.

Je vous donne rendez-vous assez vite pour la suite de la présentation des Hydrangéas et de leurs compagnes.

Profitez-bien de ces belles journées ensoleillées.

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

8 réflexions au sujet de « La valse des hydrangéas. »

  1. Que de merveilles!! Annabelle a ma préférence au jardin, il est tellement facile à vivre. Mais tes serratas sont magnifiques aussi…
    Tu me donnes envie d’enrichir mon jardin !
    Bonne soirée, Véro.

  2. Superbe panel d’hydrangéas ! Ta terre doit bien leur plaire malgré la sécheresse de cette année..Je crois que je vais adopter « Bella Anna » pour sa couleur tonique et son port plus raide .Sa hauteur ? Je cherchais du rose vif pour JL qui trouve que je fais trop dans le blanc !!!! La suite au prochain numéro alors ! A bientôt Bises Wivina

  3. J’aime beaucoup les hydrangéas, mais on peut dire qu’ils ne sont pas gâtés côté météo cette année ! Quel cruel manque d’eau !
    Je reviens de l’Anjou où j’ai pu visiter de magnifiques jardins.
    Bonne semaine.

    • C’est vrai que cette année, les hydrangéas souffrent du manque d’eau. Pour les garder en vie, je suis obligée de les abreuver. J’espère que tu nous feras profiter de tes belles visites dans les magnifiques jardins que tu as eu l’occasion de visiter……

  4. Waouw, je suis restée scotchée devant ta jolie collection d’hydrangea!
    Je note Glabrata qui a un charme très naturel! Et ce petit serrata tapissant, intéressant en bordure!
    Vraiment, tu as de bien beaux exemplaires!
    J’ai les Annabelle bien sûr, et un bébé ‘Bella Anna’ qui s’est fait manger au printemps par les baveux, comme son petit frère, ‘Hayes Starburst’… J’espère le revoir l’année prochaine, je serai plus vigilante! Mes petits serrata m’ont enchantée mais ils ont du mal avec la sécheresse. J’avais l’intention d’en planter un nouveau mais j’avoue que j’hésite car je me demande si c’est judicieux avec ces changements de climat…
    A bientôt,
    Malorie

    • J’adore les hydrangéas. Ils prennent la relève en attendant que les rosiers remontent et en plus, ils sont présents tard dans la saison. De plus, leur feuillage et leur floraison sont de toute beauté à l’arrivée de l’automne. Bien entendu, il y a toujours un inconvénient….comme tu le dis dans ton com, les baveux les apprécient aussi. La période critique est au printemps lorsqu’ils démarrent après cela va mieux. Chaque année, certains de mes hydrangéas ont du mal à pousser à cause de ces bestioles qui dévorent les feuilles au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Cette année, étant donné les températures que nous connaissons, ils demandent une attention supplémentaire. Je suis obligée d’intervenir et de les abreuver. Mais bon, ils sont tellement beaux que je le fais volontiers. Bon dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *