Nouveaux projets

Voilà bien longtemps que je n’ai rien publié. Le temps passe trop vite. Le travail, quelques jours de vacances et l’esprit bien occupé par de nouveaux aménagements m’ont éloignée quelque peu de mon blog.

Eh oui, la décision est prise….Le jardin va subir un relooking. Je sais ce n’est pas bien raisonnable. Il y a déjà tellement à faire. Mais c’est plus fort que nous, il nous faut toujours de nouveaux objectifs pour pimenter notre quotidien de jardinier. Après tout, c’est comme cela qu’un jardin vit….
La partie entre la roseraie et le sous-bois va être modifiée. La grande étendue de pelouse va être remaniée. Nous avons envie de créer des massifs « promenades ». Le parcours a été étudié afin que ma moitié puisse tout de même circuler avec le tracteur tondeuse entre les massifs. Faut pas exagérer :) Faut pas trop se compliquer la vie :) Pour éviter au maximum le désherbage, du BRF va m’aider. J’emploie la première personne car le désherbage des massifs c’est toujours moi qui m’y colle :)  J’avoue que je n’étais pas spécialement une adepte du BRF. Mais pour l’avoir testé dans les massifs créés à l’entrée du sous-bois, j’ai changé d’avis et suis convaincue de son utilité. Je n’ai pratiquement pas dû intervenir dans cette partie cette année. Donc j’adopte.

Ce premier article va être consacré aux premières plantations. Pour l’instant, seuls quelques hydrangéas ont pris place.

Les canicules sont maintenant derrière nous. L’humidité revient. Les plantations peuvent donc commencer. J’attends avec impatience la foire de Lasnes. Pour ce qui est des nouvelles vivaces, j’hésite encore…Ou bien je plante cet automne ou j’attends le printemps. Dans ma région, il arrive que les températures hivernales fassent le grand plongeon et comme les vivaces sont souvent livrées en pots de 9 cms, j’ai peur qu’elles ne soient pas assez vigoureuses pour affronter un éventuel hiver rigoureux. Par contre, ma commande de rosiers est sur le point d’être finalisée.

Assez de bavardages. Passons aux choses sérieuses.

Voici un aperçu des nouveaux massifs et des premières plantations.

Mon premier article concernant nos aménagements sera consacré aux nouveaux hydrangéas.

Les trois premiers ont été achetés lors de mon séjour en Normandie.

Hydrangéa macrophylla Ayesha. Trouvé au jardin du Mesnil. Je vous parlerai plus en détail de ce jardin lors de prochains articles que je consacrerai aux superbes jardins que j’ai eu l’occasion de visiter lors de mon escapade normande.

Ce macrophylla est parait-il peu commun. Ses fleurs ressemblent à celles du lilas et varient du rose pâle au bleu pâle suivant la nature du sol. Le voici en l’état. Pas tellement représentatif car en fin de floraison. En plus, il attendait patiemment dans son pot depuis un mois et a donc du faire face aux températures caniculaires en étant dans un espace réduit. Pas la meilleure solution. Mais bon…

Voilà comment il devrait être l’année prochaine. (photo du net)

En bleu ?

En rose ?

Hydrangéa macrophylla « Wedding Grown ». Acheté dans une jardinerie normande.

C’est un nouveau venu dans la gamme des macrophyllas. Il est issu d’un croisement entre un macrophylla et un serrata nain. Ses inflorescences apparaissent vertes vers la mi-juin puis petit à petit deviennent blanches et en fin d’été, terminent en rose-rouge. Il a reçu les recommandations du jury à Courson en 2014.

Hydrangéa Cotton Candy. Acheté dans la même jardinerie que le précédent.

Il est issu d’un croisement entre un macrophylla et un serrata Hallasan. Il forme un buisson compact et très florifère. Il est particulièrement résistant au froid. Ses inflorescences sont rose pâle à coeur jaune-vert et s’épanouissent de juillet aux gelées. De plus, il est capable de fleurir sur le bois de l’année.

Ceux que je vous présente maintenant viennent de chez Thierry de Ryckel.

L’hydrangéa paniculata Little Quick fire

Comme son nom l’indique, c’est la version naine de Quick fire. Sa floraison est plutôt hâtive. Elle débute environ un mois avant les autres paniculatas. De ce fait, il développe une coloration rose bien avant que les autres paniculatas n’aient commencé à fleurir.

L’hydrangéa arborescens « Glabrata »

L’hortensia de Virginie Glabrata fleurit sur le bois de l’année. Il est plutôt conciliant sur le type de sol. Il n’a pas peur du calcaire et toutes les expositions lui conviennent.

L’hydrangéa arborescens « Bella Anna »

Cet hybride est une amélioration de Invincibelle. Son port est plus compact. Il se tient mieux et a une floraison plus soutenue d’un rose franc.
Il accepte les sols calcaires. Il fleurit sur les pousses de l’année. Ses fleurs ne changent pas selon le type de sol. Elles sont roses et restent roses.

Hydrangéa Aspéra « The Ditch »

Son feuillage est délicatement velouté. Il est super florifère. Ses inflorescences sont bombées de couleur rose mauve. Il apprécie la mi-ombre. Il ressemble à Sargentiane mais est moins haut. (photo du net)

Hydrangéa Aspéra « Mauvette » (photo du net)

De premier abord, il fait penser à un macrophylla. Mais de près, on voit immédiatement que ses feuilles sont plus petites et la nervure principale est légèrement violacée. Les fleurs sont plus petites que l’aspéra macrophylla. Ses sépales stériles disposées autour de l’ombelle ont une couleur violacée pâle. D’où son nom de Mauvette. Il apprécie le plein soleil.

Hydrangéa serrata « Blue Deckle » (photo du net)

Il fleurit deux fois. Une fois début juin et une seconde fois vers la mi-août. Ce qui fait son attrait, c’est sa floraison bleu clair en inflorescences plates mais également les nuances subtiles de son feuillage en automne

Voilà pour la première partie de nos nouveaux aménagements. Je vous retrouve bientôt pour la suite des aventures….

J’espère que vous avez tous passé d’agréables vacances et serai ravie de vous lire sur vos blogs ou le mien…

 

Début juillet

Après un printemps plutôt médiocre, l’été semble s’installer. Les rayons du soleil nous réchauffent enfin et la pluie semble enfin prendre une pause.

Du côté du jardin, les floraisons se poursuivent. Certains rosiers sont sur le déclin. Mais pas pour longtemps. Ils préparent doucement leur remontée. Les grimpants sur les arcades n’ont pas été au top cette année. Leurs floraisons ont été médiocres. Par contre, d’autres un peu plus tardifs, profitent du temps plus clément pour nous offrir leurs jolies fleurs.

Américan Pillar fait partie de ceux-là.

Neige d’été

Félicité et Perpétue est un incontournable très vigoureux. Il nous gratifie de petites fleurs d’un blanc crème légèrement rosé. Il est planté à l’entrée du sous-bois. Je l’ai installé au pied d’un sapin où il pourra pousser à sa guise.

Pearl Drift produit des fleurs blanches en coupe. Son feuillage est brillant et extrêmement sain. Pas une trace d’une quelconque maladie.

Mozart qui a été installé cet automne, le long de l’atelier de ferronnerie de mon fils.

Les Leucanthemums sont superbes cette année.

Devant American Pillar, les Aconits commencent à nous offrir leurs fleurettes d’un bleu bien lumineux.

La clématite Prince Charles est la seule qui est aussi florifère chez moi. Une vraie merveille. Je la taille à 30 cm chaque printemps et quelques mois plus tard, le spectacle est à nouveau au rendez-vous…

Dans le sous-bois, les Hostas préparent leur floraison.

IMG_8393

Ceux-ci plus au soleil, au pied d’un chêne d’Amérique sont déjà en fleurs.

Le long du sous-bois, Early Sensation offre ses panicules blanches. En fanant elles prendront des coloris rosés qui deviendront de plus en plus foncés avec l’arrivée de l’automne.

Les Hydrangéas sont bien utiles pour prendre  la relève des rosiers. Avec Early Sensation, ce macrophylla est un des premiers à fleurir. Il se trouve près du bassin situé au pied de la terrasse. Je ne connais plus son nom. Aucune importance….même sans nom il est superbe.

Le Cercis Red Fire est encore un jeunot. J’adore son feuillage en forme de coeur. Plusieurs couleurs sont présentes en même temps. Du vert, du pourpre…Ses feuilles mates et d’autres plus brillantes lui donnent beaucoup d’originalité.

Avec l’humidité de ces dernières semaines, la Filipendule rose atteint une hauteur impressionnante. C’est une envahissante qu’il faut tenir à l’oeil…

Encore une envahissante….L’Houttuynia cordata Chaméléon. Celui-ci, se développe dans le lagunage et devient gigantesque.

Le Magnolia Suzan n’a pas fait de  floraison spectaculaire au printemps. Par contre, il forme sans arrêt quelques fleurs depuis le mois de mai.

Je vous souhaite à tous d’excellentes vacances. Profitez bien de ces moments de repos bien mérités.   Ayons une pensée pour toutes les personnes qui de près ou de loin sont affectées par ces horribles attentats. A bientôt pour de nouveaux épisodes.

 

 

 

 

 

 

 

Mille mercis…

Mille mercis à toutes les personnes qui nous ont fait le plaisir de venir nous rendre visite lors de nos journées portes ouvertes.

Depuis plusieurs semaines, la météo est plutôt exécrable. Il pleut pratiquement tous les jours. Bien entendu, il en a été de même le week-end dernier. Les visiteurs ont du arpenter le jardin sous un soleil très timide dont la vedette a souvent été volée par de grosses averses.

Malgré toute cette humidité, les visiteurs sont au rendez-vous. Lors de nos conversations, nous avons constaté que nombre d’entre-eux avaient avalé un paquet de kilomètres pour arriver dans notre paradis. Nous avons eu le plaisir d’accueillir des voisins allemands et des français. Toutes les parties de la Belgique ont été représentées. La partie flamande, les Fagnes, la partie sud du pays et pas mal de personnes qui venaient du Hainaut. Pas de problème pour tenir une conversation. Tous ces gens se débrouillent très bien en français. D’ailleurs, je leur tire mon chapeau car moi je suis loin d’être polyglotte….Malgré mes origines flamandes, je suis incapable de converser en néerlandais…

Bien entendu, il y a les inconditionnels qui habitent à quelques kilomètres qui reviennent pratiquement à chaque édition et que nous rencontrons chaque année avec le même plaisir.

Nous apprécions beaucoup ces journées portes ouvertes. Certes, elles sont éreintantes. Mais tellement enrichissantes. Partager sa passion est un vrai bonheur.

Il y un an déjà, un jeune couple nous avait demandé s’il pouvait venir faire les photos de leur mariage dans notre jardin. C’est  toujours avec beaucoup de plaisir que nous acceptons de telles demandes. Le rendez-vous était fixé vers 12h. Une heure avant l’ouverture des portes. Malheureusement, de grosses averses se sont imposées. Nous avons vraiment eu mal au coeur pour eux. La  pluie a gâché ce moment. Mais ne dit-on pas « Mariage pluvieux, mariage heureux ». C’est tout le mal que nous leur souhaitons….Voici quelques photos de ce moment.

Il est presque 13h, les jeunes mariés prennent la direction de l’église.

Quelques instants plus tard, nos portes s’ouvrent.

Etant donné le mauvais temps, nous avons été obligés de monter la tonnelle afin d’abriter notre fils qui était préposé aux entrées.

IMG_8333

Tout au long de ces deux ‘après-midi, les visiteurs arrivent. Certains sous la pluie. D’autres sous un rayon de soleil.

L’étang au bout de la roseraie interpelle. Beaucoup de questions fusent de toute part. Nous devons expliquer que le fond de l’étang est constitué de terre, qu’il n’y a pas de bâche, qu’il n’y a pas de pompe, pas d’UV,  qu’il est alimenté par de l’eau de source, que le trop plein prend la direction de la rivière et que les plantes ne se développent  pas en pots mais en pleine terre….

Certains prennent leur temps du côté de l’étang. D’autres se regroupent près du verger.

Le kiosque près de la pièce d’eau incite quelques personnes à faire une petite pause.

Bandy est aux anges…Il adore avoir de la visite…

Il parvient même à tailler une bavette avec les visiteurs.

L’atelier de notre fils a un certain succès. Beaucoup de personnes souhaitent voir comment travaille un maréchal-ferrant. Certaines de ses réalisations en fer forgé trouvent acquéreurs.

IMG_8293

L’entrée du sous-bois ainsi que le sous-bois plaisent bien. Malheureusement, avec toute cette pluie et les piétinements, les chemins qui conduisent à la rivière deviennent boueux empêchant les visiteurs qui n’ont pas les chaussures adaptées de se rendre jusqu’au bout du terrain. Peu importe….les sourires sont là et les conversations vont tout de même bon train et chacun tient précieusement son parapluie. On ne sait jamais….

Voilà, c’est sur cette photo d’une dame bien souriante que je vous quitte et souhaite de bonnes vacances à ceux et celles qui vont partir durant les deux mois à venir.

 

 

 

Jardin ouvert

Depuis 2013, notre jardin « Aux quatre mains » fait partie de l’association « Jardins ouverts de Belgique ». Cette année, nous donnons à nouveau rendez-vous à tous les passionnés de jardinage.

Les inondations de ce 2 juin, ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Nous nous sommes retroussés les manches et le jardin a repris son visage d’avant. Il est fin prêt pour vous accueillir.

Pour l’occasion, tout le monde se mettra sur son 31. Les roses vous charmeront par leur parfum. Les arbres et arbustes déploieront leurs plus beaux feuillages et leurs plus belles floraisons. Les vivaces joueront aux miss et les graminées tiendront compagnie à tout ce petit monde. Quant au sous-bois, il fera le beau.

Les portes vous seront grandes ouvertes le samedi 25 et le dimanche 26 juin 2016 de 13h à 19h.

Notre jardin est situé dans les Ardennes belges à quelques kilomètres des villes de St-Hubert, Rochefort, Han-sur-Lesse et Marche-en-Famenne.

Adresse du jour : rue de la Vallée 14                                                                                                                    6953 Masbourg  (Nassogne)                                                                                                    Belgique

Tél. : 0495/32.97.10                                                                                                                            0479/66.37.94

E-mail : guydupierreux@gmail.com

Le prix d’entrée est fixé à 3€/pers. Gratuit pour les enfants en-dessous de 12 ans. Comme les années précédentes, les bénéfices de ces deux journées seront versés à la fondation Charcot.

Les visites sont libres mais nous serons présents au jardin pour faire connaissance avec vous et pour répondre à toutes vos questions.

Nous attirons votre attention sur la présence de plusieurs plans d’eau et demandons donc aux parents d’être vigilants si ils sont accompagnés de jeunes enfants.

 

IMG_4505

Les visites sont également possibles sur rendez-vous pour les groupes en dehors de ces dates.

Bienvenue à tous les passionnés de jardinage.

 

Le bilan

L’heure de faire le bilan des dégâts causés par les orages est arrivée. Nous essayons de comprendre. Comprendre ???? un bien grand mot. Trouver une explication à ce qui nous est tombé dessus en quelques minutes.

Nous ne sommes pas en zone inondable. Notre maison est située dans le haut du village et la rivière coule dans le bas du village. Dès lors, on se croit (on se croyait) à l’abri des inondations. Jamais nous n’aurions pu imaginer que telle quantité d’eau pouvait dévaler des prairies et de la forêt  et nous inonder…

Après avoir accusé le coup, il est temps de penser à un retour à la normale. Pas le choix, pas le temps de chômer. Le jardin ouvre ses portes dans trois semaines et les visiteurs doivent être accueillis comme il se doit. Il ne doit plus rester aucune trace de cette soirée. Donc au boulot…

Mais avant de se retrousser les manches, il faut tout de même immortaliser ces moments qui espérons le ne se reproduiront pas de si tôt. Je respire un bon coup et direction le jardin avec l’apn autour du cou.

Tout d’abord, un coup d’oeil sur le chemin en face de la maison où tout a commencé. L’eau n’arrête pas de couler mais cette fois se déverse gentiment dans le fossé. Sur la droite et la gauche, des prairies. Au fond, on aperçoit la forêt. Tout ce petit monde est saturé en eau. Quand les orages ont éclaté, impossible pour les sols d’absorber tous ces excédents. Donc, toute l’eau a dévalé à une vitesse incroyable.

Juste en face, ce qu’il reste du parking où nous garons nos voitures.

Je passe la barrière et entre dans le jardin. Le chemin est complètement démoli..

Je passe sous les arcades face au coin de repos que l’on voit sur la photo précédente. La pelouse ressemble à un marécage. L’herbe ainsi qu’un des massifs et l’entrée de l’abri de jardin sont envahis de gravillons.

Face à l’abri de jardin, les chemins tracés par les torrents.

Direction l’allée des arcades de rosiers. Là, seule l’entrée se trouvait sur le chemin des coulées. L’allée en elle-même a été épargnée.

Je me dirige vers la serre. Un vrai brol comme on dit dans ma région… Devant la serre, les pavés sont recouverts de boue et de gravillons. Des pots se promènent un peu partout. Comme les années précédentes, j’avais préparé des plantes que je mets en vente lors des portes ouvertes au profit de l’association. Je ne sais pas si je vais pouvoir récupérer quelque chose

30 cms de gravillons recouvrent l’entrée de la serre.

IMG_8136

Vue de l’intérieur. Là aussi, les pavés qui avaient été placés au centre ont disparu sous la boue. Du nettoyage nous attend. Les tomates qui ont pris un bain dans 50 cms d’eau sont toujours là…

Direction le fond du jardin où se trouve le sous-bois. Là, nous arrivons le long de la rivière qui est sortie de son lit et qui a inondé tout le bas du village. Chez nous, pas trop de dégâts de ce côté.

Avec la force du courant, la clôture a quelque peu souffert et l’eau a légèrement débordé de notre côté. Mais rien de dramatique.

La rivière est vraiment déchaînée..

Bon, on oublie cette mésaventure. On laisse sécher le terrain quelques jours puis, il faudra s’atteler à remettre ce chantier en ordre. 10 tonnes de gravillons vont être livrés demain. La remise en état va pouvoir commencer…

En suivant les infos, j’apprends que nos amis français subissent également de plein fouet, les affres de la météo. Mes pensées vont vers toutes les personnes qui ont perdu une grande partie de leurs biens à la suite de ces violents orages.  Un jardin sans dessus-dessous, n’est rien à côté de la perte de biens personnels. Courage à tous.

 

 

 

 

C’est la cata….

Il pleut sans arrêt depuis des jours. Les sols n’en peuvent plus et n’arrivent plus à absorber toute cette pluie. Ca déborde de partout….

Nous vivons depuis 35 ans dans notre petit village et jamais nous n’avons connu telle situation. Les éléments se sont déchaînés. Des pluies torrentielles se sont abattues sur notre petit paradis avec pour conséquences un jardin complètement inondé, dévasté.

Tout débute ici.

L’eau dévale de chemin juste en face de l’entrée de notre jardin.

Puis s’écoule directement dans le jardin emportant avec elle les gravillons et creusant des sillons.

De tous côtés, des torrents se forment  et traversent la pelouse qui se transforme en moins de temps qu’il ne faut pour le dire en marécage.

L’abri de jardin n’est pas épargné…

L’eau passe sur le côté de l’abri de jardin. Dévale le talus,  inonde les rhodos et se dirige vers le potager et la serre.

Au potager, les dégâts sont impressionnants.

Le petit chemin qui sépare les parcelles qui divisent le potager emmène l’eau directement dans la serre.

50 cms d’eau dans la serre….Tout flotte. Les salades, les tomates…. qui devaient être mises en pleine terre ce week-end nagent.

Bon, nous n’avons plus qu’à souhaiter que toute cette pluie s’arrête afin que nous puissions nous retrousser les manches et remettre tout cela en ordre. Il nous reste trois semaines avant  nos portes ouvertes !!! Donc positivons. Nous avons  du temps devant nous :) . De toute façon, il y a bien plus tragique. Je pense aux personnes qui habitent dans le bas du village et qui sont complètement sous eaux, ne savent pas rejoindre leur domicile. Alors, à côté de ces situations un jardin dévasté n’est rien. Nous allons attendre que la situation se stabilise et faire le bilan….

 

 

Stars du moment….

« Aux quatre mains », les rhodos sont en pleine floraison. Ils s’épanouissent les uns après les autres. Oui je sais, ces arbustes sont loin de faire l’unanimité. Leurs grosses fleurs rebutent certains. Mais moi, je les apprécie. Je trouve qu’ils donnent un peu de peps au jardin en attendant les roses. De plus, leur feuillage est persistant. Ce qui donne une belle présence 365 jours par an.

Ils ont été achetés, il y a un paquet d’années pour quelques dizaines de francs dans un magasin hard-discount. Eh oui, à l’époque, les francs belges étaient encore à l’ordre du jour…Nous les avons installés dans les talus. La raison….Les talus sont des endroits difficiles d’accès et comme nous savions que le poids des ans pèserait un jour sur nos épaules, nous souhaitions ne plus avoir à intervenir à ces endroits. A l’heure actuelle, l’objectif est atteint. Les rhodos ont pris de l’ampleur, se sont rejoints et plus rien ne pousse en dessous….Donc, plus besoin de passer la débroussailleuse dans ces parties pentues. C’est toujours ça de gagné !

Celui-ci a eu le privilège d’être planté en solitaire.

En vrac…

Mon Cornus Kousa. Je crois que c’est un Satomi. Il a une bonne dizaine d’années de présence au jardin et a longtemps joué les capricieux. Heureusement que je suis patiente. Enfin, ce n’est pas tout-à-fait vrai…En fait, je trouvais qu’il m’avait coûté assez cher et  de ce fait, j’hésitais à le couper. Il peut s’estimer heureux, c’est son prix qui l’a sauvé :)  Des années de patience ont été nécessaires avant d’avoir les premières fleurs. Quelques-unes l’année dernière. Cette année, il se surpasse et nous offre une floraison plus spectaculaire. Le feuillage pourpre à l’arrière est un Cotinus et à son pied, des Spirées.

A l’entrée du sous-bois, le Viburnum plicatum Watanabee est en pleine forme. A l’arrière, une Clématite Montana Marjorie part à l’assaut d’un chêne.

Le Viburnum Plicatum Maresii a lui aussi été installé à l’entrée du sous-bois. J’ai vraiment hâte qu’il s’étale un peu plus et qu’il prenne de la hauteur.

L’Halésia Monticola est un jeunot également. Il a rejoint notre jardin en 2015 et nous présente cette année, ses premières clochettes.

L’Aubépine rouge est en fleurs. Ce n’est pas le cas chaque printemps. Certaines années, il ne forme aucun bouton floral. Pourquoi ? Je n’ai pas la réponse….

Retour du côté des massifs où les Ancolies tiennent la vedette. Elles se ressèment où bon leur semble. Chaque année, elles nous offrent des massifs un peu différents avec de belles surprises du côté des associations.

Ici, elles ont élu domicile au milieu des géraniums phaeums.

Les blanches se sont faufilées au centre d’un Miscanthus.

Celles-ci ont choisi le massif à l’entrée du sous-bois.

Nous voici du côté droit de l’abri de jardin. Des géraniums dont je ne me souviens plus du nom sont en fleurs. Directement derrière, les Lupins qui se préparent et le Viburnum Opulus. A l’avant-plan, les géraniums Nodossum vont bientôt fleurir. Devant eux, une bordure de lavande.

Dans l’allée de rosiers, aux pieds des arcades, les Phlox Subulata s’essoufflent peu-à-peu. Ils vont bientôt céder leur place aux géraniums, aux oeillets, aux gazons d’Espagne…et bien entendu aux roses.

Retour vers la sortie….A l’avant-plan, le Liriodendron a un peu de mal à démarrer. Les feuilles commencent seulement à apparaître.

Le printemps est vraiment une saison agréable. La nature revit, le jardin change de visage au fil des jours. Que du bonheur. Un seul petit regret ….Dommage que le soleil ait autant de mal à s’imposer. En tout cas dans ma région….

Bonne semaine à tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quoi de neuf…

Voilà un bon moment que je n’ai rien publié….Le temps me manque….Le 1er mai a vraiment été une journée de transition question météo. Nous sommes passés d’un temps glacial, presque hivernal à un temps beaucoup plus clément avec quelques journées où les températures étaient presque estivales. Bien entendu, personne ne s’en plaindra que du contraire. Il est tellement agréable de voir à nouveau le soleil et de pouvoir mettre le nez dehors en ti-shirt. Quoi que ce week-end, les températures plongent à nouveau. Mais bon il fait sec…donc les travaux de jardinage peuvent se poursuivre. Avec le retour du beau temps, le travail ne manque pas au jardin. Il a fallu mettre les bouchées doubles afin de rattraper le retard accumulé suite aux intempéries du mois d’avril. Mais ça y est, tout rentre petit à petit dans l’ordre. Les pelouses sont scarifiées et tondues, les massifs nettoyés, les dernières divisions et plantations  effectuées, les bordures redressées…. Bref, le jardin prend progressivement son visage des beaux jours.

Je craignais que le gel et la neige du mois d’avril ne compromettent la floraison de mes cerisiers du Japon. Eh bien non…Finalement, ils ont bien fleuri.

Dommage que le spectacle soit si éphémère. Voici ce qu’il en reste…

L’évolution du jardin a été rapide ces derniers jours. J’ai pris quelques photos début du mois. Le jardin semblait encore endormi. Pas  de feuilles sur les haies de hêtres.

Du coté des arbres et arbustes, même tableau…

Une dizaine de jours plus tard, le paysage change radicalement, les feuillages apparaissent. Enfin…

Les Marronniers sont déjà en fleurs…

Au centre de la photo, un Hêtre pourpre. A droite, un Acer négundo et à gauche, un Gléditsia sunburst.  Ces deux arbres commencent seulement à débourrer. A l’avant-plan, un Acer Palmatum.

Le Gléditsia sunburst

De belles promesses du côté des rhodos qui préparent leur show.

Dans le sous-bois, Il y a quelques jours, les Rodgersias se faufilaient au milieu des Anémones.

Aujourd’hui

L’Acer Orange Dream a été déplacé cet automne. Il a rejoint le sous-bois. Je pense qu’il souffrira moins à cet endroit. Il va profiter de l’ombre des Hêtres et des Frênes. De cette manière, le feuillage ne devrait plus griller sous les ardeurs du soleil.

 

Du côté des géraniums….les Phaeums sont les premiers à fleurir.

Petite déception….mes Lilas ont gelé. Quelques bouquets jouent les téméraires. Mais la majorité des fleurs sont fichues.

Je vous souhaite à tous une excellente semaine.

Sachez que si par manque de temps, je ne laisse pas toujours de com sur vos blogs,  je vous lis toujours avec le même plaisir.

A bientôt.

Nouvelle offensive

Ce matin, surprise…Enfin surprise est un bien grand mot. La météo nous l’avait annoncé….L’hiver devait faire son retour cette nuit et nous apporter à nouveau de la neige et du gel. Eh bien madame météo ne s’était pas trompée….En ouvrant les rideaux, le paysage hivernal était bien là.  Il est clair que pour immortaliser ces moments, il ne fallait pas s’éterniser en pyjama car le spectacle allait être éphémère. Normal et heureusement…Nous sommes tout de même fin avril !!!  J’empoigne donc mon apn, mon polar, enfile mes bottes et direction le jardin suivie par Bandy qui ne rate jamais l’occasion de mettre le nez dehors…

IMG_7766

Quand j’arrive auprès de mes cerisiers du Japon, j’ai un petit pincement au coeur. Les pauvres, ils attendaient depuis plusieurs jours des cieux plus cléments pour fleurir. Eh bien là, je crains que la floraison soit plutôt médiocre. Les -3° de cette nuit, ne leur seront certainement favorables..

Les Tulipes quant à elles…. Elles baissent la tête.

Cette fois, je pense que les Hellébores vont définitivement  tirer leur révérence…Après tout, ils illuminent nos journées depuis plusieurs mois et méritent donc de pouvoir prendre un peu de repos. Ils nous reviendront l’année prochaine….J’espère encore plus nombreux.

Les Heuchères offrent de beaux tableaux givrés.

La floraison de mon Magnolia de Soulange est également compromise. Les quelques fleurs ouvertes ressemblent à ceci….

Certains boutons sont complètement bruns. Là, je pense que l’humidité de ces derniers jours en est la cause.

Heureusement de nombreux boutons floraux sont encore bien fermés. Avec un peu de chance, je devrais pouvoir profiter de quelques floraisons.

Celui-ci en version rose semble mieux supporter ce surplus d’humidité et le coup de froid de cette nuit. Affaire à suivre…

Mon Acer Palmatum devrait se remettre de ces températures négatives.

Voici le petit pont auprès du bassin.